sikafinance, bourse afrique de l'ouest
se connecter
CONNEXION

BOURSE AFRICAINE : Abidjan, Accra, Lagos et Nairobi en baisse au 3ème trimestre

BRVM10000000 - BRVM10
La BRVM ouvre dans 57h56min

Le troisième trimestre 2019 a été difficile pour les principales bourses africaines surtout pour les marchés ayant les mêmes caractéristiques que la BRVM, à savoir la bourse du Ghana, du Kenya et du Nigeria.

Aucune bourse, sur ces trois marchés, n'a réussi à tirer son épingle du jeu et les vendeurs ont dans l'ensemble imposés leurs rythmes. 

BRVM : -9,75% 

Dans l'ensemble, le marché est installé dans une tendance baissière depuis le 07/05/2019. Mais depuis le 21 août 2019, on note une domination beaucoup plus accrue des vendeurs qui accentue la baisse sur le marché.

En effet, l'annonce de la baisse des résultats nets de SONATEL et ONATEL a été un accélérateur du repli du marché, et l'absence d'information financière pour la majorité des sociétés cotées n'a pas aidé la BRVM à inverser sa tendance.

Ce troisième trimestre a été ainsi marqué par l'une des plus faibles liquidités du marché depuis l'entrée en récession du BRVM Composite en 2016. L'absence de communication financière combinée à une faible liquidité a été donc la pire situation rencontrée par les investisseurs.

C'est dans un tel contexte que les vendeurs ont réussi à dicter leur loi, fragilisant encore plus la confiance des investisseurs.

Ce trimestre se termine ainsi avec une baisse de 9,75% et voit la BRVM passer en dessous des 150 points.

 NAIROBI ALL SHARE INDEX : -2,77%

Après avoir enregistré l'une des plus fortes croissances de son histoire au premier trimestre avec une hausse de 12,27% de son indice de référence, la NASI (Nairobi Securities Exchange Index) arpente désormais une trajectoire baissière.

En terminant ce troisième trimestre à 145,46 points, la bourse Kenyane a enregistré pour le second trimestre d'affilé une baisse de son indice de référence à - 2,77%.

Le repli du NASI a été tiré par les baisses enregistrées par les plus grandes capitalisations telles que Bamburi, Equity Group et Safaricom, qui ont accusé des retraits respectifs de 17,9%, 3,9% et 2,1%.

Les données de la bourse du Kenya indiquent une baisse de volume de tous les indices, la baisse étant imputée à une conjoncture internationale défavorable vu que les investisseurs étrangers constituent l'essentiel des échanges (65%) à la NASI.

Au cours du trimestre, les investisseurs étrangers ont réduit d'environ 9%  leur position nette d'achat d'action.

En fin septembre, le marché s'est négocié à un P/E de 11,2, inférieur de 15,5% à la moyenne historique qui est de 13,3 et d'un rendement en dividende de 5,5%, supérieur à la moyenne historique de 3,9%.

 NIGERIA ALL SHARE INDEX : -7,80%

Pour le sixième trimestre consécutif, la bourse nigériane a évolué sur une tendance baissière en terminant le mois de septembre à 27 630,56 Vs 29 966,87 en fin juin, soit une chute de 7,80%.

Aucun secteur d'activité n'a été épargné par ce repli et tous les indices composants la NSE ALL SHARE ont vu leurs cours plongés.

Toutefois, la baisse des investissements sur la NSE All share a contribué à  stimuler la volatilité des prix sur le marché au troisième trimestre (T3) de l'année.

En effet, les faibles résultats du deuxième trimestre combiné au retard de la mise en place du budget 2019 et aux incertitudes qui entourent l'économie mondiale, ont accentué la baisse de l'indice phare du marché.

Le dernier trimestre de l'année devrait être beaucoup plus reluisant, car les récentes baisses de taux dans les économies développées devraient rendre les marchés émergents beaucoup plus attractifs et surtout la bourse nigériane qui présente l'un des PER les plus bas. A cela s'ajoute l'imposition d'un ratio prêt/dépôts de 65% pour les banques afin de stimuler l'économie. Et les activités de fin d'année (Windows dressing) devraient en outre stimuler le cours des actions au quatrième trimestre surtout que cette période a toujours terminé dans le vert ces 22 dernières années.

 Ghana Stock Exchange : -7,93%

La bourse ghanéenne a connu sa pire performance de l'année en monnaie locale au mois de septembre avec une baisse de 4,29% de son indice de référence à 2 209,57 points.

Depuis le début de l'année, le marché boursier ghanéen a enregistré 8 mois dans le rouge et un seul mois dans le vert, plaçant par la même occasion le Ghana stock Exchange sur une lourde tendance baissière qui a débuté depuis septembre 2018. 

Le principal catalyseur de la baisse a été la faible confiance des investisseurs dans le secteur financier en raison des turbulences du secteur bancaire. Certains investisseurs se sont retirés du marché, suscitant une pression sur les ventes. De plus, les fréquentes émissions d'obligations souveraines  du pays assorties à des taux d'intérêts à la hausse ont forcé les investisseurs institutionnels à rechercher des placements plus sûrs et à rendement stable.

L'indice GSE Financial Stock Index (FSI), qui mesure la performance des banques s'est ainsi replié de 9,37% fragilisant le marché boursier ghanéen dans son ensemble.

 

Ahmed Diallo

Publié le 06/11/19 20:07

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.