CEMAC : La Banque centrale réhausse à nouveau ses taux directeurs

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ferme dans 1h11min

Pour enrayer l'emballement des prix qui s'observe depuis le début de cette année, la BEAC, la banque centrale commune aux 6 États de la CEMAC, a décidé de relever ses taux directeurs de 50 points de base, soit 0,5%. La décision a été actée ce 26 septembre à l'issue de la 3e session ordinaire du Comité de Politique Monétaire (CPM) de l'institution régionale.

Le principal taux directeur, le taux de facilité marginal qui est le taux auquel les banques empruntent de la liquidité auprès de la Banque centrale pour une durée de vingt-quatre heures, passe de 5,75% à 6,25%. Le taux d'intérêt des appels d'offres (TIAO) passe pour sa part de 4,00% à 4,50%. C'est la deuxième hausse décidée par le CPM depuis le début de l'année.

L'enjeu de ce resserrement monétaire est de contenir l'inflation importée de la guerre en Ukraine qui frappe les pays de cette région. " En effet, après 1,6% en 2021, le taux d'inflation est projeté à 4,2% en moyenne annuelle en septembre 2022 et devrait se hisser à 5,2% en décembre 2022 et d'atteindre un pic de 5,7% en mars 2023 " peut-on lire sur le communiqué ayant sanctionné les travaux.

Grâce au relèvement de ses taux directeurs, la Banque centrale va rendre la liquidité plus coûteuse pour les banques commerciales. Ce qui devrait se répercuter sur le coût du crédit bancaire et limiter son accès par les agents économiques. Cela diminue la demande en biens et services, et, par effet ricochet, les prix. Un choix qui a pour revers d'impacter négativement la dynamique économique et donc la croissance.

Voir aussi - UMOA : La BCEAO relève ses taux directeurs de 0,25% pour contenir l'inflation

La croissance dans la région devrait s'établir à 3,2% soutenue principalement par le secteur pétrolier (+1,9%). Ce dernier secteur, poussé par une hausse des prix sur le marché international, devrait également contribuer à faire grimper les réserves de changes de la CEMAC à 4 mois d'importations de biens et services et le taux de couverture de la monnaie qui devrait passer à 81,5% en 2022, selon les projections de la BEAC. La baisse des prix devrait quant à elle intervenir à partir du 4e trimestre 2023, avec un taux d'inflation de 3,5%, espère la banque centrale. 

Fernand Ghokeng

La Rédaction

Publié le 26/09/22 15:57

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

wyizH7oJTcwZT5t4sttC5FI_8AeHvVKnP3OuziKefQg False