David FOFANA, PDG de Mayelia Automotive : ''Nous mettons notre expertise au service de la sécurité routière''

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ouvre dans 5h6min

David FOFANA, PDG de Mayelia Automotive : 

Nous mettons notre expertise au service de la sécurité routière

Diplômé en Management des Transports Multimodaux, David FOFANA a été l'un des piliers du développement du transport lagunaire entre les rives de la Lagune Ebrié à Abidjan, d'abord à la SOTRA (société en charge du service public de transport dans la capitale ivoirienne), puis au sein du groupe SNEDAI qu'il intègre en 2013. Durant un an, il va travailler sur le projet de développement de la filiale dédiée au transport sur la lagune Ebrié, la STL, premier opérateur privé dans le secteur, dont il prendra la direction générale en 2014.

C'est trois après, en 2017, que David FOFANA fait le choix de s'investir dans un autre aspect de la mobilité : la sécurité routière. Il lance alors Mayelia Automotive qui réussit en 2019 à décrocher l'agrément de l'Etat ivoirien pour fournir des prestations de contrôle technique automobile, mettant alors fin à plusieurs décennies de monopole. 

En un peu plus de deux ans, la société qui revendique déjà plus de 8 milliards FCFA d'investissements, est devenue un acteur en vue de la sécurité routière dans le pays et a entamé déjà son expansion sur de nouveaux marchés africains. Interview.


Mayelia Automotive est le deuxième opérateur du contrôle technique automobile sur le marché ivoirien après des décennies de monopole. Pouvez-vous présenter l'entreprise ?

Mayelia Automotive est la filiale principale de la Holding Mayelia Participations. Le Groupe est spécialisé dans quatre secteurs d'activité différents : la Technologie, le Maritime, l'Immobilier et le Contrôle technique.  

Fondée en 2018, Mayelia a reçu l'agrément qui marquera le début de ses activités opérationnelles en 2020. Elle intervient sur toute la chaîne de contrôle technique à savoir la visite technique, la vente de vignette, l'identification des véhicules neufs et importés). Notre récent partenariat avec Côte d'Ivoire Logistique (CIL) nous permet également de procéder au renouvellement des plaques d'immatriculation et depuis peu, à la fabrication et la commercialisation de nouvelles plaques d'immatriculation (primo-immatriculation). 

Pourquoi le choix de ce secteur ? 

Nous partions d'un constat saisissant ; la sécurité routière figure au rang des questions urgentes pour l'Etat de Côte d'Ivoire. Du ratio de 50% de la flotte de véhicules en circulation sur le territoire en situation de non-conformité, à la méconnaissance des notions de sécurité routière couvant les actes d'incivisme et accidents sur nos routes, en passant par l'engorgement de l'accès aux services eu égard à la présence d'un seul opérateur, il nous est apparu impératif d'intervenir. 

Conscient de ce que l'Etat doit fédérer ses efforts sur les priorités régaliennes, Mayelia Automotive, en qualité d'acteur du secteur privé, a pleinement saisi la question afin de porter ce pan de la vision et être un apporteur de solutions. 

Un peu plus de deux années après votre lancement, quel bilan pouvez-vous faire ?

Du chemin reste encore à parcourir, mais nous sommes confiants eu égard à l'expertise des équipes. Mayelia Automotive est une entreprise jeune qui s'est dotée d'un capital humain fort. En effet, nous avons démarré notre activité avec une station fixe et une quinzaine de salariés, mais aujourd'hui nous sommes présents quotidiennement sur plus de 20 sites répartis sur l'étendue du territoire national, et nous employons plus de 300 personnes. Il s'agit là d'un bilan humain déjà très positif pour nous car notre principale motivation en tant qu'acteur du secteur privé, est d'accroître le niveau de l'employabilité, par la valorisation des compétences ivoiriennes et la mise en place d'une politique de perfectionnement des jeunes talents. Nous avons à cet effet tissé des partenariats avec plusieurs écoles dont l'INPHB (Institut National Polytechnique Houphouët-Boigny) et développé en interne un Graduate Program qui sera lancé dans les jours à venir. A date, nos investissements sur la Côte d'Ivoire s'élèvent à plus de 8 milliards FCFA.

Nos investissements sur la Côte d'Ivoire s'élèvent à plus de 8 milliards FCFA.

Que pensez-vous avoir apporté de plus à ce marché ? 

Toute projection s'appuyant sur des acquis, rappelons que la création de Mayelia Automotive répondait à un désir de repenser le secteur et cette révolution concernait principalement l'amélioration de l'expérience utilisateur et faire de chaque acteur, un ambassadeur pour la sécurité sur les routes. Désormais, nous transcendons la visite tout en travaillant continuellement à étendre le champ des possibles pour offrir au marché ivoirien un écosystème de solutions répondant aux standards internationaux.

Nous offrons au marché ivoirien un écosystème de solutions répondant aux standards internationaux.

Au-delà du volet commercial, la vision qui soutient notre marche demeure d'être un apporteur de solutions à la problématique de la sécurité routière qui interpelle l'Etat de Côte d'Ivoire. Ainsi, courant vers ce but, nous continuerons d'œuvrer aux côtés de l'Etat en faveur de la sécurité routière, en conjuguant notre expertise technique aux actions conjointes impulsées par les institutions régulatrices du secteur afin de faire de chaque automobiliste un acteur de choix pour des routes sécurisées. 

Nos routes sont trop souvent le théâtre de graves accidents avec leurs lots de désolation. Pensez-vous qu'il faut introduire des réformes dans le secteur du transport routier afin de limiter le nombre de ces drames ? Que proposeriez-vous ? 

En effet, nos routes voient un spectacle désolant depuis un certain temps. Les facteurs humains liés aux comportements des conducteurs sont à plus de 90% responsables de l'insécurité routière. Postulat rendant plus qu'urgent la nécessité de conduire le changement des mentalités. L'Etat a fait un investissement considérable dans les infrastructures routières afin d'offrir un confort de conduite maximal. Il revient maintenant à chaque automobiliste de se motiver à se positionner comme un acteur contre l'incivisme sur la route. Le gouvernement a institué depuis 2021 des campagnes #Stop à l'incivisme sur la route que nous continuons d'appuyer par des actions d'envergure dont des ateliers de sensibilisation à la sécurité routière et la diffusion de messages sur les bons gestes à avoir sur les routes. Nous remettons le couvert cette fois-ci via une campagne nationale qui sera bientôt déployée sur l'étendue du territoire national.  

Nous mesurons et traduisons ainsi en actes forts, la force que représente le secteur privé dans l'économie et dans le changement de perceptions et de comportements.

Vous avez exporté votre expertise au Gabon l'année dernière. Qu'en est-il à date ? 

En effet, nous avions annoncé notre entrée imminente sur le marché gabonais, à la suite de l'obtention de notre agrément technique pour accompagner l'Etat gabonais dans la mise en œuvre des politiques de sécurité routière à travers le déploiement d'un savoir-faire qui modernisera le système du contrôle technique. 

Au Gabon, nous allons démarrer avec l'ouverture de centres de contrôle technique fixe et mobile à Libreville et à Port-Gentil, en prélude à l'expansion dans tout le pays.

Pour la première phase du projet au Gabon, près de 150 emplois fixes sont prévus, avec l'ouverture de centres de contrôle technique fixe et mobile à Libreville et à Port-Gentil, en prélude à l'expansion dans tout le pays.  

Mayelia Automotive entend-elle poursuivre son expansion sur le continent ? 

Portés par les attentes de plus en plus ambitieuses du marché sous-régional, nous sommes également fiers de vous annoncer ...

La suite de l'interview est à retrouver dans la dernière édition de votre magazine Sika Finance. Télécharger gratuitement la version numérique ou cliquant sur l'image ou ici :

 

Jean Mermoz Konandi

Publié le 20/12/22 15:57

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

1yYI1UvPGTwYv-HdC2QfnjgWtIbP1myg8SnwEE5pOvA False