La BRVM serait-elle à l’aube d’un nouveau cycle haussier ?

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ouvre dans 65h30min

L'investissement en bourse, comme tout autre investissement, nécessite des préalables comme la connaissance des différentes phases auxquelles ce type de marché serait soumis.

De fait, la bourse est régulièrement soumise à une alternance de phases haussières et baissières. Ces évolutions à la hausse et à la baisse sur des périodes plus ou moins longues, sont très souvent corrélées aux cycles de l'économie réelle.

Ceci s'explique par le fait que la rentabilité des entreprises cotées à la bourse reste assujettie à la conjoncture économique globale qui prévaut et qui comporte généralement 4 phases, à savoir, l'expansion, le boom, la récession et la dépression.

L'expansion correspond à la période où l'économie est en croissance, matérialisée par des niveaux de profits élevés pour les entreprises, un dynamisme de l'emploi, un taux de chômage relativement faible ainsi que des taux d'intérêt bas. Cette période est favorable pour la plupart des investissements en actions.

Quant au boom, il est caractérisé par un emballement excessif des investisseurs, poussés par des années de croissance soutenue associée à de faibles risques financiers.

La récession est en fait la conséquence de l'excès d'optimisme de la période de boom. Elle est caractérisée par le ralentissement de l'économie, les profits qui commencent à chuter sont synonymes d'une augmentation du chômage.

Pour sa part, la dépression est consécutive à l'excès de pessimisme de la part des consommateurs et des investisseurs, le futur étant vu comme plus sombre, à cause notamment du chômage élevé et de l'accès difficile au crédit. Dans ces conditions, il appartient aux pouvoirs publics de créer les bases d'une nouvelle reprise.

A cet effet, une analyse de l'évolution de l'activité économique dans l'UEMOA (Union économique et monétaire Ouest-africaine) comparée à celle de la performance boursière de la région, a permis de faire ressortir une absence d'interdépendance entre les cycles économiques et les cycles boursiers. 

Cette conclusion qui est tout sauf surprenante pourrait s'expliquer par le fait de l'échantillon qui compose les entreprises cotées à la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) ne serait pas assez représentatif pour justifier du niveau d'activité dans la zone. En d'autres termes, le niveau de richesse créé dans l'UMEOA par les 46 entreprises cotées à la bourse régionale est infime par rapport à celui des entreprises non cotées.

Cette remarque sous-entendrait alors par exemple que la longue période de baisse (2016-2020) enregistrée récemment par la BRVM serait due à la détérioration des fondamentaux des principales entreprises qui la composent.

Confrontée aux faits, cette hypothèse s'avère encore une fois infructueuse. Pour preuve, l'évolution du chiffre d'affaires sur la période 2016-2020 des six (6) plus grosses capitalisations du marché actions de la BRVM a reflété une consolidation de cet indicateur, à l'exception d'Onatel BF dont le chiffre d'affaires s'est légèrement replié de 0,07% à 157,36 milliards FCFA.

Dans le détail, le chiffre d'affaires de Sonatel, Société générale Côte d'Ivoire, Coris Bank International, Oragroup et Ecobank Côte d'Ivoire s'est respectivement accru de +33% à 1 206 milliards FCFA, +75,4% à 164 milliards FCFA, +122,2% à 75,8 milliards FCFA, +52% à 155,4 milliards FCFA et +23,6% à 86,5 milliards FCFA entre 2016 et 2020 ; traduisant ainsi des secteurs d'activité en pleine croissance.

Il s'ensuit que la phase baissière inédite qu'a connue la BRVM entre 2016 et 2020 ne peut être ni expliquée par l'évolution de l'activité économique dans l'Union ni par les fondamentaux des plus importantes capitalisations du marché actions.

Ce constat signifie qu'il est quasiment impossible de s'appuyer sur les cycles économiques dans la zone UEMOA pour prévoir les cycles au niveau de la bourse.

En conséquence, nous déduisons que les cycles du marché financier régional sont fondamentalement fonction de la psychologie des investisseurs. Ce qui nous amènera à nous appuyer sur l'analyse technique ou graphique pour la détermination des différents cycles à la BRVM.

Pour ce faire, nous nous référons dans un premier temps aux travaux réalisés par Stan Weinstein à travers son livre " Secrets pour gagner en Bourse à la hausse ou à la baisse " où l'auteur a clairement identifié 4 phases principales en bourse, à savoir, la fondation (phase 1), l'expansion (phase 2), la stagnation (phase 3) et la glissade (phase 4). L'illustration se trouve sur l'image ci-dessous.

 

La suite de cet article est à retrouver dans la dernière édition de notre trimestriel Sika Finance. Cliquer sur l'image en dessous pour le téléchargement (gratuit) de la version numérique.

 

Dr Ange Ponou

Publié le 18/02/22 17:56

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

peO6QKEQMtV5UIAlJBFI3oVHsTYXAlHPFFfor5iVG28 False