Mali/Sanctions CEDEAO : Des ONG alertent sur le risque d’une grave crise humanitaire

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ouvre dans 48h23min

Après la mise en application des restrictions de la CEDEAO contre le Mali, notamment, la fermeture des frontières, l'imposition d'un embargo commercial, le gel des avoirs du pays, etc., l'ONG Oxfam tire la sonnette d'alarme sur les conséquences dévastatrices sur la population malienne.

Dans un communiqué publié ce 19 janvier, l'ONG a relevé dans son analyse que plus de 7,5 millions de Maliens, soit 1/3 de la population, a besoin d'une aide humanitaire. " Il est essentiel que ces nouvelles restrictions n'entravent pas davantage la capacité des personnes à accéder à l'aide humanitaire et aux services sociaux de base dans un pays où 70 % de la nourriture est importée et où 1,2 million de Maliens sont confrontés à une crise alimentaire ", plaide l'organisation.

Toute chose qui fait dire à Oxfam que " le Mali est fortement dépendant de l'aide extérieure pour financer les services sociaux de base. Dans le domaine de la santé, par exemple, les donateurs extérieurs ont couvert 33 % des dépenses totales de santé en 2019 ".

"Il est impératif que la communauté internationale continue de répondre aux besoins urgents des populations et que toute nouvelle sanction comporte des exemptions humanitaires concrètes. Celles-ci doivent être surveillées et mises en œuvre, sinon les personnes les plus vulnérables au Mali en paieront le prix", a indiqué Franck Vannetelle, directeur pays du Comité international de secours au Mali,

Oxfam, qui regroupe 13 organisations appelle à un dialogue urgent afin de trouver une solution pour mettre fin à ces sanctions qui affectent lourdement la population civile.

Narcisse Angan

La Rédaction

Publié le 19/01/22 15:36

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

ULxbEHuxKBIXDeh3E3o7Bg-vmP4TY3fZCNJObIzlcTQ False