La référence de l'actualité économique dans l'UEMOA

sikafinance, bourse Côte d'Ivoire

BRVM : Bloomfield attribue la meilleure note du marché à la CIE

CI0000000212 - CIEC
La BRVM ouvre dans 4h48min

Ahmadou Bakayoko, directeur général de la CIE, la compagnie ivoirienne d'électricité.

 

La Compagnie ivoirienne d'électricité (CIE) peut être aisément considérée comme l'une des entreprises les plus sûres de la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM). Pour preuve, Bloomfield Investment a confirmé la notation financière "AA+" de long terme en faveur de l'entreprise, reflétant une "qualité de crédit très élevée".

Cette note place la CIE tout juste un cran en dessous du triple A (AAA), qui est la meilleure notation possible que pourrait obtenir une entreprise. Notons qu'aucune entreprise au niveau de la BRVM n'a pour l'instant bénéficier de cette notation AAA de la part de l'agence panafricaine.

Sur le court terme, en revanche, la CIE conserve la meilleure notation possible, c'est-à-dire "A1+", traduisant la "certitude de remboursement en temps opportun la plus élevée".

Les perspectives associées à ces deux notations (long terme & court terme) sont stables. Ce qui suppose que la probabilité que des évènements néfastes accroissent les risques d'investissement dans l'entreprise, est très peu significative.

Retrouvez toute l'actualité de la CIE, ses performances financières et l'évolution de son cours à la BRVM via les liens.

Les facteurs clés, selon Bloomfield, ayant favorisé cette solidité financière, concernent la prorogation, par l'Etat ivoirien, de la convention de concession pour une durée de 12 ans, à compter du 1er janvier 2021 ; une trésorerie nette abreuvée par l'opération de refinancement de la dette du secteur en 2019 ; un renforcement de la performance globale ; un déploiement de la transformation digitale ; ainsi qu'un maintien de l'équilibre financier du secteur avec la progression des ventes d'énergie électrique.

A l'opposé, les principaux facteurs pouvant fragiliser cette qualité de crédit de l'entreprise ivoirienne, sont essentiellement exogènes. Il s'agit notamment de la crise sanitaire qui a perturbé les recouvrements, ainsi que de l'instabilité de l'environnement socio-politique.

Pour accéder au communiqué intégral, cliquez sur ce lien.

Dr Ange Ponou

Publié le 01/12/20 12:33

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.