Burkina Faso : La transition prolongée de 5 ans et ‘’IB’’ présidentiable

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ouvre dans 10h20min

La transition au Burkina est prolongée de 5 ans et le capitaine Ibrahim Traoré pourra se présenter à la prochaine présidentielle. Telles sont les grandes résolutions qui ont sanctionnées les assises nationales convoquées par le pouvoir de Ouagadougou ce 25 mai. 

Devant en théorie prendre fin ce 2 juillet, la transition au Burkina bénéficie d'un rallongement de 60 mois à compter de cette date, a annoncé le colonel Moussa Diallo, à la tête du comité d'organisation. 

Ces assises nationales convoquées pour faire un bilan de la transition entamée à la suite de la prise du pouvoir par le capitaine Ibrahim Traoré, surnommé ‘'IB'', en septembre 2022, devait en outre se prononcer sur la suite du processus. Censées donner la parole aux forces vices de la nations (société civiles, autorités traditionnelles, députés de la transition, forces armées, …), elles ont été boycottées par les partis politiques dont les activités ont été mises en veilleur par le régime burkinabè.

Cette nouvelle échéance devrait être marquée par l'organisation des élections municipale, législative et présidentielle, avant terme. Et, fait important, Ibrahim Traoré qui porte désormais de titre de ''Président du Faso'' en lieu et place de ''Président de le Transition'', est autorisé à se présenter à ces différents scrutins.

Une décision qui vient conforter le régime militaire qui s'est donné pour mission absolue, avant toute chose, de mettre fin à l'insurrection djihadiste persistante depuis plus d'une décennie dans le pays et de restaurer une paix durable sur l'ensemble du territoire. Des objectifs régulièrement présentés comme des conditions absolues à tout retour à l'ordre constitutionnel.

Jean Mermoz Konandi

Publié le 26/05/24 13:08

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

mpxuNICirSbRPgjejKUGNaJgV4bX-w8uMGFge1OXt90 False