Cameroun : Afin de réduire les subventions, l’Etat augmente de 16% et 25% les prix du gasoil et du super

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ouvre dans 14h37min

Au Cameroun, les prix des produits pétroliers ont été revus à la hausse dans les stations-services depuis le 1er février 2023. Un réajustement annoncé la veille par le gouvernement afin de " préserver les équilibres budgétaires, face à la flambée des prix des produits pétroliers sur le marché international ".

Un communiqué du Secrétaire général des services du Premier Ministre fixe les nouveaux tarifs à la pompe en vigueur sur le territoire. L'essence (super) passe de 630 FCFA (0,96 euro) à 730 FCFA (1,11 euro) le litre, soit une augmentation de plus de 15,8%, tandis que le gasoil augmente de près de 25,2% et passe de 575 FCFA (0,87 euro) à 720 FCFA (1,09 euro) le litre.

Le pétrole vendu aux industriels par la Société camerounaise des dépôts pétroliers (SCDP) subit la plus forte hausse, avec une augmentation de près de 36,5%. Il coûtera désormais 560,19 FCFA (0,85euro) le litre, contre 410,19 FCFA (0,62 euro) auparavant. Le prix du pétrole lampant, utilisé par les couches sociales défavorisées, reste stable à 350 FCFA (0,53 euro) le litre ainsi que celui du gaz domestique, maintenu à 6 500 FCFA (9,88 euros) la bouteille de 12,5 kg.

Légère hausse des salaires

Le Cameroun devient donc le troisième pays de la zone CEMAC à augmenter les prix des hydrocarbures après la Centrafrique et le Congo-Brazzaville. Une décision qui fait parler d'elle dans le pays et suscite le courroux des ménages dont les conditions de vie sont rendues âpres depuis plus d'un an du fait de l'inflation généralisée dans le contexte de la crise en Ukraine.

Afin d'atténuer l'impact de cette décision, le gouvernement camerounais a décidé de revaloriser de 5,2% les salaires des agents publics et de plus de 32% le SMIG qui passe désormais à 41 875 FCFA (63,68 euros).

" Les mesures sociales annoncées sont insuffisantes parce qu'elles ne permettront pas de couvrir l'augmentation des coûts de production et l'augmentation des coûts du transport… En 2023, on n'a toujours pas atteint le niveau des salaires que les Camerounais avaient il y a 30 ans. À quoi servira un SMIG de 41 850 FCFA qui suffira à peine pour acheter un sac de riz " a réagi le Dr Louis Marie Kakdeu, de la société civile.

Pressé par le FMI

La hausse des prix du carburant intervient quelques heures seulement après que le FMI ait annoncé un décaissement de 45 milliards de FCFA au profit de la première économie de la CEMAC pour accompagner son programme de réformes économiques et financières. C'était au terme de la 3ème revue du programme économique et financier triennal, qui a eu lieu en janvier 2023.
Un financement obtenu à l'issue d'âpres négociations entre les équipes du Fonds et le gouvernement. L'institution interpelle depuis plus d'un an Yaoundé sur la nécessité de réduire les coûteuses subventions au carburant.

Alors qu'il importe la totalité de ses besoins en hydrocarbures, le Cameroun a subi de plein fouet la flambée des cours mondiaux qui ont alourdi considérablement le coût des subventions au détriment de l'investissement public. En 2022, l'État a dû débloquer 700 milliards pour soutenir les prix à la pompe contre 159 milliards de FCFA un an plus tôt.

" Les autorités ont reconnu la nécessité de réduire les subventions aux produits pétroliers afin de créer un espace budgétaire pour financer les investissements productifs et les dépenses sociales et se sont engagées à accélérer les réformes structurelles " a indiqué le Fonds dans son communiqué du 31 janvier. 

Fernand Ghokeng

La Rédaction

Publié le 01/02/23 12:20

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

UkpG8oY3yV2Cty7uZqMFTm0R51o2fmXQGnFTY6xKBgw False