Ghana : Face à l’inflation, la banque centrale relève son taux directeur à 27%

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ouvre dans 3h50min

Le Comité de politique monétaire de la Banque centrale du Ghana (Bank of Ghana, BoG), réuni ce 28 novembre à Accra a décidé de relever de 250 points de base son principal taux d'intérêt pour le porter à 27%. C'est la 6e fois cette année que l'institut d'émission monétaire prends cette décision, faisant d'elle, la banque centrale la plus agressive du continent après celle du Zimbabwe.

Pourtant le resserrement de la politique monétaire qui vise à réduire la demande en rendant le crédit plus coûteux pour les ménages et les entreprises, ne semble plus suffire pour freiner l'inflation qui a franchi la barre de 40% en octobre dernier.

Exacerbée par la guerre en Ukraine et la chute spectaculaire du cedi (54,2% en novembre), la pression sur les prix devrait se poursuivre jusqu'au premier semestre 2023, selon la BoG. Le gouverneur de la Banque du Ghana, Ernest Addison, a déclaré que l'inflation annuelle pourrait s'établir à environ 25% d'ici la fin de 2023 "si une politique stricte était maintenue".

Le resserrement agressif de la politique monétaire a, selon la banque centrale, freiné le rythme de l'inflation. Un choix, somme toute, délicat qui alimente un abaissement des prévisions de croissance qui sont désormais de 3,6% en 2022, contre une prévision initiale de 5,2%.

D'autres mesures d'austérité comme la réduction des salaires des membres du gouvernement et leurs dépenses de fonctionnement ont déjà été mises en place. À cela on devrait ajouter la limitation des importations de riz, d'eau en bouteille, de volaille, de jus de fruits et d'autres "biens non critiques" qui creusent le déficit commercial et favorisent la sortie des devises.

Fernand Ghokeng

La Rédaction

Publié le 28/11/22 18:12

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

_RJdGRgEjGSht-HAklzwP1YTmifB8XrvzR-1pkuUM9s False