La référence de l'actualité économique dans l'UEMOA

sikafinance, bourse Côte d'Ivoire

L’Afrique attire 40 milliards de dollars d’IDE en 2020

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM ouvre dans 1h54min

Les investissements directs étrangers (IDE) en direction du continent africain ont chuté de 16% en passant de 47 milliards de dollars en 2019 à 40 milliards de dollars en 2020, selon le rapport 2021 sur l'investissement dans le monde publié ce 21 juin 2021 par la CNUCED (Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement).

Par rapport aux estimations de l'organisme international du mois de janvier 2021, on note une amélioration de 2 points de pourcentage de la baisse des IDE en Afrique sur la période.

Ce manque d'attrait du continent pour les investissements étrangers s'explique essentiellement par les conséquences négatives de la pandémie sur les économies africaines, combiné aux faibles prix des produits de base énergétiques.

Le rapport montre que les économies dépendantes de produits de base ont été plus sévèrement touchées que les autres. Ainsi, selon James Zhan, le directeur de l'investissement et des entreprises de la CNUCED, c'est cet environnement difficile qui a affecté tous les aspects de l'investissement étranger.

Par ailleurs, les annonces de nouveaux projets, mesure de l'état d'esprit des investisseurs et des futures tendances en matière d'IDE, ont chuté de 62% à 29 milliards de dollars en 2020, contre 77 milliards de dollars en 2019.

Dans la même veine, les fusions et acquisitions sur le continent, ont chuté de 45% en passant de 5,8 milliards de dollars en 2019 à 3,2 milliards de dollars en 2020. Idem pour les annonces de financement de projets internationaux, particulièrement pertinentes pour les grands projets d'infrastructure, qui ont dégringolé de 74% à 32 milliards de dollars en 2020.

En Afrique de l'Ouest en particulier, les IDE se sont contractés de 18% à 9,8 milliards de dollars en 2020, en dépit de la légère augmentation de +4,35% à 2,4 milliards de dollars des flux d'IDE entrants vers le Nigéria.

Le Sénégal a également bénéficié de flux d'IDE entrants élevés en 2020 avec une hausse de +39% à 1,5 milliard de dollars, en raison d'investissements dans l'énergie.

A l'opposé, le Togo a enregistré l'un des flux d'IDE sortants les plus élevés, évalués à 931 millions de dollars en 2020. Les investissements de ce pays ont été largement dirigés vers d'autres pays africains.

Dr Ange Ponou

Publié le 22/06/21 17:07

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.