L’autoroute Abidjan – Lagos, un projet ambitieux à fort potentiel

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ouvre dans 6h21min

L'autoroute Abidjan-Lagos qui a suscité un vif intérêt de la part des investisseurs privés, publics et institutionnels lors des réunions virtuelles "Africa Investment Forum", tenues les 15, 16 et 17 mars dernier, se précise !

La Banque africaine de développement (BAD) via un communiqué publié ce 21 mars apporte de nouvelles précisions sur ce projet ambitieux et intégrateur qui reliera les deux principales villes d'Afrique de l'Ouest et dont l'axe routier couvre près de 75% des activités commerciales de la région.

D'un coût évalué à 15,6 milliards de dollars, l'autoroute Abidjan – Lagos, longue de 1 081 km, commencera à l'Est d'Abidjan, et se terminera au Mile 2 au Sud-ouest de Lagos.

" Trois tronçons sont prévus pour la construction de cette autoroute à 2 et 3 voies. Il s'agit des axes Abidjan (Côte d'Ivoire) - Takoradi (Ghana), long de 295 km, Takoradi (Ghana) - Akanu (Ghana), de 466 km, et Noépé (Togo)- Cotonou (Bénin)- Lagos (Nigéria), de longueur 320 km. Et au total huit postes frontières seront construits le long du corridor ", détaille la BAD.

L'autoroute Abidjan-Lagos complètera le corridor Enugu-Bamenda de 443 km, reliant le Nigéria au Cameroun. Elle permettra de connecter les villes et les ports les plus dynamiques de l'Afrique de l'Ouest, de créer des opportunités, de stimuler le transport. L'infrastructure augmentera en outre le commerce et l'intégration en dans la zone en offrant notamment un accès portuaire maritime aux pays enclavés comme le Burkina Faso, le Mali, le Niger et le Tchad et contribuera à accélérer la mise en œuvre de la ZELCAF, la zone de libre-échange continentale de 1,3 milliard de consommateurs.

'' Le corridor Abidjan-Lagos est l'un des principaux instruments qui assureront le développement de notre région et consolideront la résilience économique de l'Afrique de l'Ouest. Il fait partie intégrante des grands projets de développement routier continental de l'Union africaine et de l'AUDA-NEPAD", a déclaré, Jean-Claude Kassi Brou, président de la Commission de la CEDEAO.

Selon Reuters, le projet devrait être achevée dans environ 6 ans. Notons qu'au niveau d'Abidjan, les travaux ont déjà commencé avec l'opérationnalisation d'un premier tronçon Abidjan – Grand Bassam qui devrait être prolongé jusqu'au Ghana.

Publié le 22/03/22 11:55

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

SCJHGvtaMNQQrBR_pPUmZWz-Psw2DltCXOicCc4zX9k False