Le canadien Global Atomic veut lever 37 millions USD pour développer son gisement d’uranium au Niger

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ouvre dans 0h25min



La compagnie minière Global Atomic Corporation (GAC), listée à la bourse de Toronto, a annoncé ce 6 décembre, qu'elle effectuerait une offre publique de ventes d'actions pour tenter de lever 50 millions de dollars canadiens(soit 36,7 milliards USD et 22,5 milliards FCFA). L'opération sera structurée par Cantor Fitzgerald Canada Corporation et Canaccord Genuity Corp.

La société entend utiliser l'argent collecté auprès des investisseurs pour poursuivre le développement de son projet d'Uranium à Dasa au Niger. Même si l'IPO est clôturé avec succès, GAC aura besoin d'un financement supplémentaire de 220 millions USD pour achever la construction et la mise en service du projet. La société dit être en pourparlers avec une banque de développement américaine à cet effet.

"La Société est bien avancée dans la négociation d'un term sheet et s'attend à ce que celle-ci soit conclue sous peu. Avec le réengagement de la banque de développement, le calendrier de financement du projet devrait être approuvé par le comité de crédit en janvier, suivi d'une approbation finale en mars 2024", projette la compagnie.

Avec des réserves estimées à 44 millions de livres d'uranium (soit environ 450 000 tonnes), le projet de Dasa devrait être exploité pendant 12 ans. Au cours des 5 premières années GAC produira 1,5 millions de livres de minerais annuellement avant de grimper à 3,5 millions de livres à partir de la 6e année. Les ressources extraites du sous-sol nigérian seront acheminés vers les Etats-Unis car Global Atomic a déjà conclu 3 accords visant à fournir sa production à des installations nucléaires nord-américaines.

Quoi qu'il en soit, tout ceci intervient à un moment où le paysage de l'exploitation de l'uranium au Niger est en pleine évolution. Le coup d'Etat survenu en juillet dernier a créé des tensions entre la France, détentrice d'un projet d'uranium majeur dans le pays, et les nouvelles autorités militaires nigériennes. Tensions au milieu desquelles le groupe français Orano, a annoncé la suspension de ses activités à la mine de Somaïr, où elle exploitait l'uranium, officiellement en raison de l'épuisement des stocks de produits chimiques nécessaires au traitement du minerai.

Global Atomic n'a visiblement pas été inquiété par le putsch. La société a toutefois déploré la fermeture des frontières entre le Niger et certains pays voisins, ce qui pourrait compromettre l'expédition du minerai à l'international, le Niger n'ayant pas d'ouverture sur la mer.

La Rédaction

Publié le 07/12/23 18:18

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

SCJHGvtaMNQQrBR_pPUmZWz-Psw2DltCXOicCc4zX9k False