UMOA : Récapitulatif des opérations financières – 25 au 29 juillet 2022

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ouvre dans 32h41min

Marché financier obligataire BRVM

Au cours de la 30e semaine de cotation, le marché financier régional a vu la cotation de deux nouvelles obligations. Il s'agit notamment de FCTC ORABANK 7% 2021-2026 (FORBT.O1) cotée le jeudi 28 juillet pour 25 milliards FCFA de capitalisation et une valeur nominale de 10 001 FCFA et celle du Niger, TRESOR PUBLIC DU NIGER 6,15% 2022-2034 (TPNE.O5) cotée à une valeur nominale de 10 000 FCFA avec une capitalisation globale 110 milliards FCFA.

C'est ce qui explique le rebond de 1,44% de la capitalisation obligataire qui est passée à 8 129,4 milliards FCFA.

Les investisseurs quant à eux ont été plus actifs en s'échangeant 762 790 titres pour une valeur totale de 7,56 milliards FCFA, soit une hausse d'activité de plus de 6 milliards FCFA comparativement à une semaine plutôt. Ces derniers ont porté leur intérêt sur l'obligation TPCI 5,75% 2019-2026 (TPCI.O39) qui a capté 40% à 3 milliards FCFA du volume de transactions hebdomadaire.

Sur les 8 obligations dont les prix ont varié au cours de la semaine, seulement 3 ont vu leurs prix augmenter. Ainsi, le titre ETAT DU MALI 6,50% 2021-2031 (EOM.O7) enregistre la plus importante surcote de la semaine de 3,00% à 10 300 FCFA, tandis que la plus forte décote de 6,54% est affichée du côté du TPCI 5,80% 2021-2028 (TPCI.O62) qui retrouve sa valeur nominale (10 000 FCFA) au terme de la semaine.



Marché des titres publics sur le monétaire

Les pays de l'UMOA ont été moins actifs cette semaine écoulée sur le marché des titres publics. Seulement deux pays sont intervenus, à raison de la Guinée-Bissau et du Niger.

La semaine dernière, les émetteurs ont sollicités 46 milliards FCFA contre 150 milliards FCFA la semaine du 18 au 22 juillet.

Notons toutefois que ces adjudications ont été faites à travers des obligations assimilables du trésor dont l'une pour la Guinée-Bissau et une double émission pour l'Etat du Niger.

La Guinée-Bissau qui n'avait plus effectué de levée depuis le 10 mai dernier, réussit à capter 11,4 milliards FCFA pour une sollicitation initiale de 11 milliards FCFA, via une OAT à maturité de 5 ans et un rendement moyen pondéré de 6,06%. Notons également que cette adjudication a été couverte à 140% par les investisseurs et les banques sénégalaises y ont participé à hauteur de 9,5 milliards FCFA.

Le Niger pour sa part a réussi à attirer 38,5 milliards FCFA dont 18,5 milliards FCFA via son OAT de 5 ans pour un rendement moyen pondéré de 5,91% et 20 milliards FCFA par l'OAT de 10 ans à rendement moyen pondéré de 6,30%. Les banques sénégalaises on été les plus actives concernant l'OAT de 5 ans, alors que celle de 10 ans s'est vue dominer par des souscriptions ivoiriennes.

Sékou KARAMOKO

La Rédaction

Publié le 02/08/22 16:21

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

FrsScoYKMNL9w9sZsF0oZdXG_abXiVncriyAmWpYNFM False