UMOA-Titres / Semaine du 20 Février : La Guinée-Bissau, le Mali et le Togo ont mobilisé 33 milliards FCFA

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ouvre dans 9h22min

Sur la période du 20 au 24 Février, les Etats de la Guinée-Bissau, du Mali et du Togo ont sollicité un montant global de 82,5 milliards FCFA auprès des investisseurs du marché des titres publiques de l'UMOA. Eprouvés par un durcissement de la politique monétaire ces derniers n'ont reçu que 36,29 milliards FCFA comme propositions globale. Un montant qui ne représente que 43,99% de la sollicitation totale, face auquel ces pays ont finalement retenu 32,69 milliards FCFA pour un taux d'absorption de 90,07% et une couverture des besoins initiaux de 39,62 %.

L'émission de bons et obligations assimilables du trésor (BAT de 3 mois & OAT de 7 ans) du 21 février 2023 de la Guinée Bissau a été l'opération la mieux accueillie avec un taux de couverture de 54% pour un montant offert de 6,75 milliards FCFA contre un besoin de 12,5 milliards FCFA. Le pays ne retiendra que 5,65 milliards FCFA et les rendements moyens pondérés se sont établis en hausse à 4,94% pour la maturité 3 mois et à 7,19% sur celle 7 ans.

La Guinée-Bissau est suivie par le Mali dont la sortie a été moins bien reçue par le marché au vu du taux de couverture qui s'est affiché à 36,92 % pour une mise en adjudication initiale de 35 milliards FCFA via une double émission d'OAT de 3 ans et 5 ans. Encaissant la quasi-totalité (12,9 milliards FCFA) des propositions, l'on enregistre des rendements moyens pondérés atteignant le record à 7,14% pour la maturité de 3 ans et 7,44% pour celle de 5 ans.

Le Togo est intervenu ce 24 février en vue d'emprunter 35 milliards FCFA à travers des BAT de 12 mois et une double émission de OAT (3 ans et 5 ans). Les investisseurs vont garder que lors des 2 précédentes interventions en ne proposant que 16,62 milliards FCFA, soit 47,5% de l'enveloppe recherchée. En définitive, ce sont 14,12 milliards FCFA que le pays a retenu, dont 6,5 milliards FCFA via les bons et 7,6 milliards à travers les obligations. L'on relève également une hausse des rendements à 5,34 % sur la maturité 12 mois, à 7,4 % sur celle 3 ans et 6,77 % sur celle de 7 ans.


La Côte d'Ivoire, le Burkina et le Niger attendus sur le marché des titres publics

Pour la semaine du 27 février au 3 mars, la Côte d'Ivoire, le Burkina et le Niger sont attendus sur le marché de la dette souveraine de l'UEMOA en vue de mobiliser un montant global de 150 milliards FCFA.
La Côte d'Ivoire devrait ouvrir le bal le mardi 28 février dans le but de lever 85 milliards FCFA via une émission simultanée de bons du trésor d'une maturité 182 jours et de 2 obligations de relance à des maturités de 3 ans (coupon 5,3 %) et 5 ans (coupon 5,5 %).
Quant au Burkina Faso, les ressources à mobiliser sont évaluées à 30 milliards FCFA, quand le Niger sollicitera 35 milliards FCFA.

Mamadou Diao Barry

La Rédaction

Publié le 28/02/23 10:07

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

mpxuNICirSbRPgjejKUGNaJgV4bX-w8uMGFge1OXt90 False