Cryptomonnaies : la Centrafrique essuie un premier revers avec le Sang

Voir tous les sujets

Folly Folly
24/08/2022 23:23:28
0
Attention danger sur les avantages liés à la détention de cette monnaie numérique. Il vend le pays aux enchères. Pourquoi ne s'en tenir à l'actif financier?
  
Répondre
Folly Folly
24/08/2022 23:23:28
0

" Afin de pouvoir répondre à toutes les demandes de partenariat et d'investissement, l'équipe SANGO a décidé de prolonger la période de levée de fonds du cycle Genesis du 24 août au 1er octobre ". Telle est la consistance du message adressé ce 24 août aux usagers de la plateforme web dédiée à la cryptomonnaie centrafricaine. Le pays de Faustin-Archange Touadéra a officiellement lancé la vente publique du Sango Coin le 25 juillet dernier. Cette vente devait alors se dérouler en 13 cycles. Pour le premier, Genesis, 210 millions de jetons numériques ont été placés à la vente pendant 1 mois au prix unitaire de 0,10 dollars avec un volume d'achat minimum de 100 dollars. Au moment de la mise sous presse, seulement 15,5 millions (7,39% du volume d'actifs émis) de jetons avaient été vendus rapportant au pays environ 1,5 millions de dollars.  

Avec le sursis de 2 mois qu'il vient d'accorder à cette première étape de ventes, le pays espère pouvoir céder les 194,4 millions de jetons restants. Pour cela, la plateforme renseigne que " de nouveaux partenaires et investisseurs potentiels ont contacté les équipes de Sango et de multiples discussions sont en cours ".

Présenté par Faustin-Archange Touadéra, comme la " monnaie de nouvelle génération " Sango ne semble pas avoir séduit les investisseurs de la ''cryptosphère''. Ce qui n'arrêtera pour autant pas la poursuite des 12 autres cycles, même si le flou demeure sur l'échéancier. " Ils commenceront après la fin du cycle Genesis " peut-on lire sur la plateforme.  

Passage en force

L'investisseur ayant acquis ces jetons numériques doit les conserver pendant au moins un an. Après quoi, il pourra s'en servir pour accéder à un certain nombre de biens et services comme la citoyenneté, vendue à 60 000 dollars de Sango Coin. De même, pour 10 000 dollars de cet actif verrouillé pendant 10 ans, l'investisseur pourra s'offrir 250 mètres carrés de terrain dans un quartier de Bangui, la capitale centrafricaine. Des offres qui essuient de vives critiques à l'intérieur du pays. Le 1er août 2022, des organisations de la société civile centrafricaine ont saisi la cour constitutionnelle pour dénoncer une braderie des richesses du pays par le président Touadéra et exiger l'annulation de la loi qui légalise l'usage de la cryptomonnaie. De son côté, la BEAC, la banque centrale des pays de la CEMAC s'est d'abord exprimé en défaveur de ce projet avant de consentir à ce qu'il se poursuive sous sa surveillance. 

Pour Faustin-Archange Touadéra, il n'a jamais été question de faire machine arrière.  "Le Sango Coin sera la monnaie de la prochaine génération pour la République centrafricaine. Pour nous, l'économie formelle n'est plus une option " avait-il déclaré à l'occasion du lancement de la cryptomonnaie locale, en juillet dernier. Deuxième au monde à avoir adopté une monnaie numérique, après le Salvador, la RCA est l'un des pays les plus pauvres et les plus fragiles au monde, selon la Banque mondiale. Seule 14,3 % de la population centrafricaine a accès à l'électricité, avec des taux allant d'environ35 % à Bangui à environ 0,4 % dans les zones rurales. Doté d'importantes richesses naturelles, le pays est déchiré depuis des décennies par d'interminables guerres qui plombent toute velléité de développement.

Fernand Ghokeng


  
Répondre

Retour au forum Général