CEMAC : Le Centrafricain Yvon Sana Bangui désigné gouverneur de la BEAC

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ouvre dans 18h34min



Réunis ce 9 février en session extraordinaire et par visio-conférence, les 6 chefs d'États de la CEMAC ont décidé de nommer le Centrafricain Yvon Sana Bangui (photo) au poste de gouverneur de la Banque des États de l'Afrique centrale (BEAC). Il remplace le tchadien Abbas Mahamat Tolli arrivé en fin de mandat et qui a dirigé l'institution pendant 7 ans. La date de prise de fonction du nouveau promu n'est pas encore connue. Le tchadien Mahamat Djibrine Souleymane a, elle, été désignée pour prendre la tête de la Direction générale des études, finances et relations internationales de la Banque centrale.

Yvon Sana Bangui a été désigné sur proposition du président centrafricain Faustin Archange Touadéra à qui il revenait l'honneur du choix après le départ du Tchadien. Ce qu'il faut savoir c'est que la désignation des dirigeants à la tête des institutions communautaires dans la CEMAC se fait selon le principe de rotation par ordre alphabétique des États membres institué le 17 janvier 2010 sur les cendres du consensus de Fort Lamy. Ainsi, Yvon Sana occupera le poste pour 7 ans, puis il reviendra au Congo de désigner un représentant, puis le Gabon et la Guinée Équatoriale. Le Cameroun est d'office exclu du poste, selon le principe sus évoqué, le pays abritant déjà le siège de l'institution.

BEAC : Imbroglio autour de la fin de mandat du gouverneur Abbas Mahamat Tolli

Âgé de 49 ans, Yvon Sana Bangui devient donc le 6e gouverneur de l'histoire de la BEAC. Une institution qu'il connaît bien puisqu'il y a passé plus de 19 années. Au fil des ans, cet ingénieur-économiste a gravi les échelons et au moment de sa nomination, il pilotait la direction de l'information au sein de l'institution. Dès sa prise de fonction, il aura sur sa table le brûlant dossier de l'orientation de la politique monétaire. Son prédécesseur s'était activé à la resserrer pour tenter de maîtriser l'inflation, mais freinant par la même occasion les projections de croissance des pays de la région.

Voir aussi : CEMAC : Anticipant sur un repli de la croissance, la BEAC maintient à nouveau ses taux inchangés

Si la mission de la BEAC est de maintenir la stabilité des prix intérieurs, son rôle, au plan externe, est d'assurer la stabilité de la monnaie. Cette exigence est remplie lorsque le niveau des avoirs extérieurs bruts (devises) représente près de 60 % des engagements à vue de la Banque centrale, équivalant à au moins trois mois d'importations des biens et services et du service de la dette extérieure. Sur ce plan, le nouveau gouverneur devra poursuivre l'œuvre de son prédécesseur qui, en 7 ans a fait passer de 3 093,2 milliards FCFA à 7 617,6 milliards FCFA les réserves de la région grâce à une application rigoureuse de la réglementation des changes.


Cédrick JIONGO

Publié le 09/02/24 17:11

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

6Wfh4jBM6Kn3EFUrZujC8iX4loLVJ94-h00LnRwFV14 False