sikafinance, bourse afrique de l'ouest
se connecter
CONNEXION

Côte d’Ivoire : Un solde budgétaire déficitaire de 248 milliards FCFA à fin mai

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM ouvre dans 19h48min

Les finances publiques ivoiriennes ont une nouvelle fois affiché un solde budgétaire déficitaire de 248,1 milliards FCFA au 31 mai 2019 par rapport à la même période de l'année dernière.

Ce déficit est en lien avec une progression plus importante des dépenses totales et prêts nets de 134,3 milliards FCFA à 2 297,8 milliards FCFA que celle des recettes totales et dons (+60,2 milliards FCFA à 2 049,7 milliards FCFA).

Malgré ce sombre tableau, nous notons toutefois une mobilisation plus accrue des recettes fiscales.

Une bonne performance de la collecte fiscale

L'accroissement des recettes totales et dons est dû à une bonne mobilisation à la fois des recettes fiscales intérieures (+54 milliards FCFA) et des recettes de porte (+21,3 milliards FCFA) attribuable au dynamisme de l'activité économique, le niveau des dons est resté quasiment inchangé.

Dans les détails, le bon niveau de recouvrement des recettes fiscales a été drivé par les impôts sur les biens et services (+54,6 milliards FCFA).

Quant aux recettes de porte, leur progression a résulté de l'effet combiné de l'accroissement des droits et taxes à l'importation (+30,8 milliards FCFA) et du recul des droits et taxes à l'exportation (-12,4 milliards FCFA).

En ce qui concerne les dons, ils se sont établis à 125 milliards FCFA, grâce à la mise en œuvre du Contrat de Désendettement et de Développement (C2D) conclu avec la France.

Une hausse plus importante des dépenses

Les dépenses ivoiriennes ont augmenté beaucoup plus rapidement (+134,3 milliards FCFA) que les recettes mobilisées par le pays sur la période allant du 31 mai 2018 au 31 mai 2019.

Ils sont marqués par l'augmentation des dépenses du personnel (+22,7 milliards FCFA), des intérêts de la dette (+85,9 milliards FCFA), des prestations sociales (+14,4 milliards FCFA), des dépenses d'investissement (+23,4 milliards FCFA) et des dépenses de sécurité (+5,8 milliards FCFA).

Par contre, les dépenses liées à la souscription au capital sont ressorties en baisse de -12,2 milliards FCFA.

Pour rappel, ce déficit a été financé sur la période par des ressources mobilisées sur le marché monétaire et financier de l'UEMOA à hauteur de 741,2 milliards FCFA.

Dr Ange Ponou

Publié le 09/08/19 19:15

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.