Côte d’Ivoire : Vers un décaissement record de 3,5 milliards de dollars du FMI

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ouvre dans 25h21min

La mission du FMI qui a séjourné à Abidjan récemment avait annoncé un accord préliminaire de 2,6 milliards de dollars avec le gouvernement ivoirien. Un montant qui vient d'être revu à la hausse, après la finalisation de cet accord.

Les services du Fonds monétaire international (FMI) et le gouvernement ivoirien sont parvenus à un accord pour un financement de 3,5 milliards (environ 2096 milliards FCFA) de dollars destiné à renforcer la résilience économique du pays. L'institution l'a fait savoir le mercredi 5 avril.

Le financement, qui doit être encore soumis à l'approbation du conseil d'administration du FMI, intervient dans le cadre du mécanisme élargi de crédit (MEDC) / facilité élargie de crédit (FEC). Il sera décaissé au cours d'un programme de 40 mois, pour appuyer les politiques économiques et les réformes qui seront mises en œuvre par Abidjan.

"Le programme soutenu par le FMI viserait à préserver la viabilité des finances publiques et de la dette et à faire progresser le programme de transformation économique plus profonde des autorités dans le cadre du plan de développement national 2021-25'', indique le Fonds.

Le 15 mars dernier, au terme d'une mission d'une équipe du FMI en Côte d'Ivoire, l'institution de Breton Woods avait déjà annoncé la préparation d'un accord portant sur un financement de 2,6 milliards de dollars. ‘‘Nous prévoyons de finaliser dans les prochains jours un accord au niveau des services, y compris sur le niveau d'accès aux ressources du Fonds d'au moins 300% de la quote-part (équivalant à environ 2,6 milliards de dollars américains)'', avait déclaré Olaf Unteroberdoerster, chef de la mission.

C'est finalement 400% du quota (équivalent à environ 3,5 milliards de dollars US) qui sera décaissé en faveur de la Côte d'Ivoire, si l'accord est approuvé par les responsables administratifs du FMI. Ce décaissement est le plus important dont la Côte d'Ivoire bénéficie de la part de l'institution. Cette initiative intervient dans un contexte de resserrement mondial. La Côte d'Ivoire, qui émettait chaque année des eurobonds, depuis 2014, n'a pu le faire en 2022, du fait des conditions difficiles du marché international.

Au plan local, avec l'augmentation du taux directeur de la BCEAO, les pays qui avaient l'habitude d'emprunter ont de moins en moins accès à des financements. Ce sont tous ces facteurs qui ont contraint la Côte d'Ivoire à recourir au FMI, à l'instar de plusieurs pays du continent, notamment le Ghana, le Maroc.

Jean-Marc Gogbeu

La Rédaction

Publié le 06/04/23 10:05

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

UkpG8oY3yV2Cty7uZqMFTm0R51o2fmXQGnFTY6xKBgw False