sikafinance, bourse afrique de l'ouest
se connecter
CONNEXION

Covid-19/Afrique : Un besoin d’urgence de relance économique de 100 milliards de dollars

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM ouvre dans 10h7min

L'Afrique a besoin d'urgence d'une relance économique de 100 milliards de dollars pour atténuer les effets néfastes de la pandémie du coronavirus (Covid-19) sur les économies du continent. C'est l'une des fortes décisions arrêtées par les ministres africains des Finances réunis le 19 mars dernier lors d'une conférence virtuelle portant sur les impacts sociaux et économiques du Covid-19.

Voir aussi - Coronavirus : Le scénario catastrophe se dessine pour l'économie africaine

Pour la mobilisation de cette somme, les ministres africains des Finances qui mettent l'accent sur une coordination des efforts, recommandent de prime abord l'exonération de tous les paiements d'intérêts, estimée à 44 milliards de dollars pour 2020.

Ils envisagent ensuite l'extension possible de cette exonération à moyen terme qui devra inclure non seulement les paiements d'intérêts sur la dette publique, mais également sur les obligations souveraines.

Voir aussi - Eurobonds : Les pays africains pris au piège du covid-19

Cette mesure offrirait une marge de manœuvre budgétaire immédiate et des liquidités aux gouvernements, dans leurs efforts pour faire face aux conséquences sanitaires et économiques de la pandémie du Covid-19.

Concernant les États africains fragiles, la nécessité de l'exonération de capital et d'intérêts est en plus envisagée.

Voir aussi - Coronavirus : 25 millions d'emplois pourraient être perdus, selon l'OIT

En outre, les ministres soulignent la nécessité de soutenir le secteur privé et de protéger les plus de 30 millions d'emplois à risque, en particulier dans les secteurs du tourisme et des compagnies aériennes à travers le continent.

Dans d'autres secteurs essentiels comme l'agriculture, les importations et les exportations, les produits pharmaceutiques et les services bancaires, les ministres conviennent que tous les paiements d'intérêts et de capital sur la dette des entreprises, les baux, les facilités de crédit accordées, les mécanismes de refinancement et les mécanismes de garantie devront être utilisés pour exonérer, restructurer et fournir de la liquidité.

Enfin, une ligne de liquidité devra être mise à la disposition du secteur privé pour garantir la continuité des achats essentiels afin que toutes les PME dépendantes du commerce puissent continuer à fonctionner.

Rappelons que ces mesures doivent accompagner une politique d'ouverture des frontières commerciales sur le continent.

Dr Ange Ponou

Publié le 24/03/20 15:52

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.