Dette intérieure : Le Cameroun se donne 7 ans pour apurer ses arriérés estimés 671,7 milliards FCFA

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ouvre dans 10h41min

                                  Louis Paul Motaze, ministre camerounais des Finances

Le gouvernement camerounais a lancé en 2021, un audit des arriérés domestiques de l'État et de ses démembrements sur la période allant de 2000 à 2019. Selon les résultats qui viennent d'être communiquées par le ministre des Finances, ce processus a abouti à la validation d'un stock d'impayés de 671,7 milliards FCFA (environ 1,02 milliard d'euros) dû par les administrations publiques (461,5 milliards FCFA), les collectivités territoriales décentralisées (15,7 milliards FCFA) et les entreprises et établissements publics (194,4 milliards FCFA).

Dans une correspondance adressée au directeur des opérations de la Banque mondiale au Cameroun, le ministre indique que le gouvernement s'est d'ores et déjà doté d'un plan d'apurement de ces créances sur une période de 7 ans à compter de cette année. Dans le détail, les dettes académiques, locatives, sociales et les indemnisations, qui représentent un total cumulé de 30,9 milliards FCFA, seront entièrement payées en 2024. Quant à la dette commerciale, qui pèse 18% dans le stock global, elle sera remboursée par l'État central et les entités débitrices entre 2024 et 2026.

Voir aussi : Le Cameroun conserve sa note “B” auprès de Fitch malgré une baisse projetée du taux d'endettement

Les impayés sur la dette salariale (303,3 milliards FCFA) seront, eux, épongés en deux ans (2024-2025) tandis que la dette fiscalo-douanière (215,8 milliards) sera remboursée sur 7 ans, soit 30,8 milliards FCFA chaque année.

Tensions de Trésorerie en vue

“La modalité d'apurement privilégiée reste le paiement direct par des crédits budgétaires afin d'éviter à la fois l'accroissement de la dette publique et l'exposition des banques aux risques conséquents”, indique Louis Paul Motaze dans sa correspondance. Si le Cameroun traîne le pas pour rembourser sa dette vis-à-vis des prêteurs et prestataires locaux, il demeure à jour de toutes ses obligations en matière de service de la dette extérieure. “Certaines créances du mois d'Avril ont été payées avant l'échéance”, s'enorgueillit d'ailleurs le ministre camerounais des Finances.

Cependant, les paiements prévus cette années au titre de l'apurement des arriérés intérieurs pourraient créer des tensions de trésorerie, compromettant le service de la dette extérieure. Yaoundé est par exemple attendu en juillet prochain pour un paiement de 156 milliards FCFA auprès de ses créanciers internationaux. “Si les appuis budgétaires attendus, notamment de la BAD et de la Banque mondiale sont décaissés avant cette date, ils devront permettre de réduire la pression”, écrit le membre du gouvernement.

Viabilité de la dette

Il faut dire que le règlement des arriérés intérieurs est de plus en plus exigé par les institutions financières multilatérales avant le décaissement de nouveaux appuis. Pour le Cameroun, cet objectif a été défini dans le cadre du programme économique et financier appuyé par la Facilité Élargie de Crédit (FEC) et le Mécanisme Élargi De Crédit (MEDC) conclu en 2021 avec le FMI. L'objectif d'une part étant de "résorber la spirale d'endettement, qui constitue un risque certain pour la stabilité des finances publiques", et d'autre part, de "crédibiliser davantage la signature de l'État".

Voir aussi : Cameroun : La dette publique frôle 13 000 milliards FCFA à fin mars, soit 43% du PIB

Selon Fitch, le taux d'endettement du Cameroun devrait diminuer à 39,2 % en 2025, contre 43,2 % du PIB à la fin de 2023, bien en dessous des 52,3 % projetés.

Cédrick JIONGO

La Rédaction

Publié le 25/05/24 11:16

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

mpxuNICirSbRPgjejKUGNaJgV4bX-w8uMGFge1OXt90 False