La Côte d’Ivoire devient le deuxième fournisseur africain du Cameroun derrière le Maroc

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ouvre dans 0h4min

 

Les échanges commerciaux entre le Cameroun et les autres pays africains ont progressé de 51% en 2022 à 940,1 milliards FCFA (environ 1,43 milliards d'euros) selon le dernier rapport de l'INS, le statisticien gouvernemental. Quoiqu'en hausse, ce montant ne représente que 11% du flux des échanges commerciaux effectués par le pays avec l'extérieur, ce qui illustre bien la faiblesse du commerce intra-africain et les opportunités que celui-ci pourrait représenter.

 

De  ce point de vue, les agents économiques implantés en Côte d'Ivoire ont plus que doublé leurs exportations en direction du Cameroun à la période sous revue, passant de 23,9  milliards FCFA en 2021 à 60,6 milliards FCFA pour 110 000 tonnes de marchandises, un an plus tard. Ce bond permet à la première puissance économique de l'UEMOA de se hisser au rang de deuxième plus gros fournisseur africain du Cameroun avec 1,2% de parts de marché. Le Maroc occupe la première place avec 70,5 milliards FCFA pour plus de 319 000 tonnes de marchandises expédiées vers le pays d'Afrique centrale. Hors Afrique, la Chine se taille la part du lion avec 15,8% de parts de marché, suivie de l'Inde (10,8%), la France (8,2%) , les Pays Bas (3,6%) et la Corée du Sud (3,5%).

Voir aussi: Les Pays-Bas déclassent la Chine et deviennent le 1er partenaire commercial du Cameroun

 

Déjà faibles, les expéditions camerounaises en direction de la Côte d'Ivoire se sont davantage rétrécies, s'établissant à 3 milliards FCFA (contre 8,3 milliards FCFA en 2021). Abidjan enregistre ainsi un excédent commercial de 57 milliards FCFA vis-à-vis de Yaoundé. Le rapport de l'INS ne précise cependant pas la nature des produits échangés entre les deux pays.

En Afrique, les produits camerounais sont principalement acheminés vers les pays transfrontaliers à savoir le Tchad, la RCA, le Gabon et le Nigéria qui pèsent 69,5% des exportations du pays sur le continent. Un chiffre qui, selon les statisticiens de l'INS, ne reflète pas le niveau réel des échanges commerciaux entre le Cameroun et ses voisins. Cela est principalement dû à la porosité des frontières qui engendre des échanges transfrontaliers non enregistrés dans les statistiques douanières.

Cédrick Jiongo

La Rédaction

Publié le 25/02/24 06:15

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

eY6O_mQqyycQA-Embz5XCfWEFS-SCAGk2aOK0pcJHBA False