Lutte contre l'inflation : Jusqu'où ira la Banque centrale de l'UEMOA ?

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ouvre dans 19h3min

Au regard du contexte économique sous-régional actuel marqué par une prééminence de la politique monétaire, l'analyse de l'inflation s'avère cruciale. S'il est vrai que les pays membres de l'Union étaient en proie à une flambée étouffante des prix durant l'année 2022, force est de constater que la situation s'est nettement améliorée depuis.

En effet, depuis le mois d'août 2023, le taux d'inflation dans l'UEMOA évolue dans la fourchette de 1 à 3%, ce qui est conforme à la l'objectif poursuivi par la BCEAO, la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest. Ainsi, de 2,6% en août 2023, le taux d'inflation dans l'Union s'est établi à 2,5% en décembre 2023, en rythme annuel, en passant par 2,7% ; 2,1% et 2,4% respectivement en septembre, octobre et novembre de la même année. Rappelons qu'en décembre 2022, ce taux d'inflation était ressorti 7%.

Cette tendance observée de l'inflation à la baisse était prévisible dès lors que plusieurs facteurs, aussi bien endogènes qu'exogènes, à l'origine de cette flambée se dissipaient. Au nombre de ces facteurs, on note la réorientation de la politique monétaire qui est passée d'une politique ultra accommodante marquée par une nette baisse des taux directeurs (le principal taux auquel la BCEAO prête aux banques étant passé de 2,50% à 2% au 24 juin 2020), à une politique très restrictive, symbolisée par un relèvement progressif des taux directeurs (le principal taux directeur est passé de 2,25% au 16 juin 2022 à 3,50% au 16 décembre 2023).

A ce stade, il est important de rappeler que les différentes évolutions de la politique monétaire visaient essentiellement à la stabilité des prix ; c'est-à-dire baisser les taux directeurs quand le taux d'inflation est bas et augmenter ces taux quand le taux d'inflation est élevé.

Il ressort de ce qui précède que le maintien de l'inflation dans cette fourchette cible durant les 5 derniers mois consécutifs n'a pas amené la Banque centrale a changé de fusil d'épaule, pis elle accentue le durcissement de sa politique monétaire avec des taux directeurs qui ont atteint des niveaux historiquement élevés.

Ce maintien de la politique monétaire restrictive, loin d'entraver le bon fonctionnement des activités économiques, puisque la croissance économique est attendue à niveau robuste de 5,7% fin 2023 selon la BCEAO, fait apparaître des tensions de liquidités. Certains experts soulignent des difficultés occasionnelles dans la réalisation de transactions financières. Dès lors, la question se pose : jusqu'où la Banque centrale ira-t-elle dans sa lutte actuelle contre l'inflation ? Une interrogation cruciale pour les acteurs économiques de la région.

Dr Ange Ponou

Publié le 05/02/24 17:22

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

6Wfh4jBM6Kn3EFUrZujC8iX4loLVJ94-h00LnRwFV14 False