Lutte contre l’inflation : La BEAC veut retirer 200 milliards FCFA du système bancaire par semaine

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ouvre dans 10h31min

Quatre mois après avoir suspendu les injections de liquidités sur ses principaux guichets de refinancement, la BEAC, Banque centrale commune aux 6 pays de la zone CEMAC (Cameroun, Gabon, Congo, Tchad, Centrafrique, Guinée Équatoriale), veut davantage assécher le système bancaire régional.

Dans le cadre de ses opérations d'open market, l'institut d'émission monétaire a décidé de porter à 200 milliards FCFA, ses ponctions hebdomadaires de liquidités contre 150 milliards FCFA pratiqués jusqu'ici, soit une hausse de 25%.

Ces ponctions se font à travers 2 opérations. La première d'une maturité d'une semaine, vise à capter 150 milliards FCFA auprès des banques "admis au compartiment des interventions de la BEAC en qualité d'offreurs de ressources".

Cette offre de placement rémunérée à 0,75% n'a été introduite que depuis le 21 février dernier et portait initialement sur un montant de 50 milliards FCFA puis 75 milliards FCFA.

Au mois de mai dernier, la BEAC a relevé son appétit à 100 milliards FCFA puis 150 milliards depuis cette semaine. La seconde opération, plus courante, porte sur une offre de reprise de longue maturité de 50 milliards FCFA sur 28 jours et au taux fixe de 0,80%.

Ces offres visent à délester le système bancaire régional des excédents de liquidités ou "réserves libres", c'est-à-dire l'argent détenu en trop par les banques dans leur compte courant à la BEAC. A fin 2021, ces réserves excédentaires s'évaluent à 1 074,1 milliards FCFA contre 2 000 milliards FCFA, un an en arrière.

L'enjeu pour la banque centrale est donc de réduire la quantité d'argent en circulation dans le système bancaire, afin de contenir les poussées inflationnistes persistantes à la suite des perturbations des circuits d'approvisionnement induites par la guerre en Ukraine depuis février 2022.

Selon les projections du Comité de politique monétaire (CPM), le niveau général des prix devrait atteindre 6,4% dans la CEMAC en 2023, soit plus du double du seuil de 3% admis dans la région. Par ailleurs, le CPM a décidé le 27 mars 2023, de relever de 50 points de base le taux d'intérêt des appels d'offres passant de 4,5% à 5%, ainsi que le taux de facilité de prêt marginal, qui est passé de 6,25% à 6,75%.

Une réunion du CPM est d'ailleurs prévue ce mois-ci à Yaoundé, la capitale camerounaise. Les résolutions permettront d'apprécier l'orientation que la BEAC aura choisi de donner à sa politique monétaire au vu d'une augmentation moins importante des prix depuis le début de l'année. 

Fernand Ghokeng

La Rédaction

Publié le 24/06/23 15:19

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

qQ4NRwznfG8O1kmXt27cVhdLnh7UuBvnPRtqA58pCPo False