Moody's abaisse la note du Kenya à Caa1 après l’échec du plan fiscal du gouvernement

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ouvre dans 10h36min


L'agence de notation Moody's a rétrogradé le Kenya sur l'échelle de notation au lendemain de la tentative ratée du gouvernement de mobiliser 2 milliards USD grâce à de nouvelles taxes intérieures. Le pays s'est ainsi vu attribuer la note Caa1, située un cran en dessous de la précédente (B3). La perspective est négative traduisant une forte probabilité de révision à la baisse de la notation sur le moyen terme.

“La dégradation de la note du Kenya reflète une capacité considérablement réduite à mettre en œuvre une consolidation budgétaire basée sur les recettes qui améliorerait la capacité d'endettement et placerait la dette sur une tendance à la baisse”, a déclaré Moody's. L'agence ne s'attend pas à ce que le gouvernement mette en place des mesures alternatives crédibles pour augmenter les recettes dans un avenir proche, compte tenu des tensions sociales qui se sont accrues.

Voir aussi : Comment le Kenya s'est embourbé dans une spirale d'endettement ?

Ce pessimisme tient à ce que le gouvernement ne soit pas parvenu à faire passer son projet de budget qui visait à élargir l'assiette fiscale et à augmenter les recettes, avec l'espoir d'améliorer les finances publiques afin d'obtenir davantage de financements du Fonds monétaire international (FMI). Seulement, la réforme a déclenché des manifestations causant plusieurs dizaines de morts et obligeant le Président William Ruto à retirer ledit texte. Au lieu de cela, le Trésor va désormais réduire les dépenses publiques et emprunter davantage.

“Bien que certaines mesures soient susceptibles d'être mises en œuvre rapidement, nous prévoyons des obstacles importants à la mise en œuvre de réductions de dépenses aussi importantes”, a indiqué l'agence, précisant que “nous nous attendons désormais à ce que le déficit budgétaire se réduise plus lentement, la capacité d'endettement du Kenya restant plus faible plus longtemps. À leur tour, les besoins de financement plus importants découlant d'un déficit plus large augmentent le risque de liquidité face à des options de financement externe plus incertaines”.

La Rédaction

Publié le 09/07/24 14:57

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

qQ4NRwznfG8O1kmXt27cVhdLnh7UuBvnPRtqA58pCPo False