Sénégal : Le nouveau ministre de l’Economie Abdourahmane Sarr fixe le cap

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ouvre dans 14h0min

Le nouveau ministre de l'Économie, du Plan et de la Coopération, Abdourahmane Sarr, a pris fonction ce 11 avril 2024, suite à la passation de services avec son prédécesseur, Mamadou Moustapha Bâ. A cet effet, il a décliné sa feuille de route. L'une des politiques phares sera la souveraineté économique et financière afin de mettre fin à la dépendance extérieure.

L'objectif assigné d'après le nouveau ministre Abdourahmane Sarr est d'avoir les moyens de financer des biens et services publics de qualité au bénéfice des populations, notamment les plus vulnérables, pour qu'elles puissent prendre leurs destins en main.

" Il nous faudra donc avec les collègues des finances, affirmer un leadership devant faciliter la réforme du secteur public par une meilleure évaluation des dépenses en soutient à l'économie. En droite ligne des directives présidentielles, il s'agira aussi de construire des consensus sur les mesures nécessaires aussi bien sur les recettes, les dépenses, et la dette afin d'atteindre les objectifs politiques assignés, tout en préservant des finances publiques saines et soutenables ", a dévoilé Abdourahmane Sarr.

Il compte également œuvrer à  avoir un cadre macroéconomique solide et des marges de manœuvre disponibles pour soutenir le secteur privé et faire face aux chocs dans un monde incertain. Ce n'est que de cette manière que nous pourrons progressivement nous libérer des liens de la dépendance extérieure, selon le nouveau ministre de l'Économie, du Plan et de la Coopération du Sénégal.

Pour ce qui est de la monnaie, il entend militer pour une politique monétaire plus active qui a un rôle à jouer dans l'avènement de marchés financiers profonds. " La flexibilisation de notre régime de change contribuerait à dynamiser le secteur financier de l'union par une politique monétaire plus active en soutien à l'économie.

Cette flexibilisation permettra également à notre zone monétaire d'avoir moins recours au financement en devises étrangères et aux ajustements budgétaires face aux chocs extérieurs. Enfin, la flexibilisation de notre régime de change aiderait nos pays à préserver la compétitivité de nos entreprises face à la concurrence extérieure ", a dit Abdourahmane Sarr.

Mouhamadou Dieng

Publié le 11/04/24 15:57

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

nwFye9Qejh_CabJqJF-SF-8eieAKFvOUijaVD35ddWQ False