Sénégal : Le secteur touristique ébranlé par la présidentielle

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ferme dans 5h10min

Depuis le 3 février dernier, date du report de la présidentielle, l'économie sénégalaise est presque à l'arrêt. Plusieurs secteurs sont plombés par la tension politique, et cette période d'incertitude qui précède la tenue de la présidentielle dont la date n'est toujours pas encore connue. L'un des secteurs d'activité les plus éprouvés reste le tourisme.

Les temps sont durs en ce moment pour les acteurs. Ibrahima Ndiaye ne dit pas le contraire. Cet expérimenté du secteur touristique souffre depuis quelques semaines d'une rareté de la clientèle dans son réceptif hôtelier implanté à Somone, à une cinquantaine de kilomètres de Dakar. Il se dit loin de l'époque où il refusait de la clientèle.

Voir aussi - Sénégal : L'économie fortement menacée par une tension politique et des incertitudes

" Le tourisme, c'est d'abord la sécurité et la stabilité. Quand il y a la peur et l'incertitude, ce secteur ne peut pas prospérer. Actuellement, nous n'avons aucun client. Que ce soit le tourisme des étrangers ou les séminaires résidentiels, tout est à l'arrêt. À cause de la situation politique et de ses incertitudes, nous sommes dans l'expectative ", déplore l'acteur touristique.

Boubacar Sabaly fait partie du patronat du tourisme à Saly, l'un des sites balnéaires les plus importants du pays. En pleine saison touristique, il regrette une situation lourde de conséquences pour un secteur déjà éprouvé par la crise sanitaire entre 2020 et 2022.

" Le tourisme est actuellement mal en point. À Saly c'est rare de voir à présent des réceptifs hôteliers faire le plein. Le secteur touristique n'aime pas la tension ou l'incertitude. Si la situation perdure, les emplois du secteur et la viabilité des hôtels et restaurants seront menacés.

Annulation en cascade

L'une des conséquences immédiates de la situation politique tendue est l'annulation des réservations de plusieurs touristes, selon Ibrahima Ndiaye. Entre le 3 et le 22 février 2024, il dit s'être confronté à 8 cas d'annulation, dont 3 séminaires résidentiels.

Voir aussi - Sénégal : Le tourisme religieux, une bonne option de relance

" Quand on annule des réserves, nos calculs et prévisions sont faussés. Notre chiffre d'affaires sera forcément impacté. Et sans client, on risque d'aller vers la réduction du personnel car il faut gérer les charges fixes. Ce qui s'avère compliqué dans les rentrées d'argent ", soutient Ibrahima.

Cette menace sur le secteur inquiète Pape Bérenger Ngom, président de l'Association des professionnels de l'hôtellerie et de la restauration. À l'en croire, des annulations de réservations ont été notées ces dernières semaines, notamment après les manifestations et affrontements survenus au lendemain du report de la présidentielle.

Le secteur touristique sénégalais compte 200 000 emplois dans plus de 1 500 réceptifs hôteliers et contribue au Pib entre 7 % et 8 %.

Mouhamadou Dieng

Publié le 26/02/24 14:42

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

eY6O_mQqyycQA-Embz5XCfWEFS-SCAGk2aOK0pcJHBA False