En raison de la hausse des taux d’intérêt, la Côte d’Ivoire rate son e

Voir tous les sujets

Folly Folly
28/09/2022 14:49:29
0
MERCI POUR L'INFO
  
Répondre
Folly Folly
28/09/2022 14:49:29
0

Après l'échec du Mali sur le marché des titres publics de l'UMOA le 21 septembre dernier, c'est au tour de la Côte d'Ivoire de buter face aux exigences des investisseurs.

En effet, ce 27 septembre, le pays a levé 10 milliards FCFA de moins plus que ce qu'il recherchait au départ sur le marché monétaire. Abidjan s'était présenté hier mardi sur le marché avec pour objectif d'emprunter 30 milliards FCFA via une émission de Bons assimilables du trésor (BAT). Il s'agit d'une opération de court terme portant sur une maturité de 3 mois, et qui s'effectue par adjudication (enchères).

Voir aussi - UMOA : Les investisseurs ont boudé l'emprunt du Mali sur le marché régional ce mercredi

Pour cette opération, seulement les investisseurs du Sénégal se sont joints à ceux de la Côte d'Ivoire pour faire des offres qui ont porté sur un montant total de 36 milliards FCFA.

Toutefois, le pays a fait le choix de ne retenir que 20 milliards FCFA, un fait rare pour l'un des plus gros emprunteurs du marché régional. Un choix qui s'explique très certainement par les exigences de rendement des investisseurs.

A la lecture du rapport de l'opération, l'on note que le trésor ivoirien a mobilisé les 20 milliards FCFA pour une durée de 3 mois à des taux d'intérêt oscillant entre 2,78% et 3% (le rendement moyen pondéré étant ressorti à 2,81%). Des niveaux qui laissent entendre que la plupart des investisseurs ont exigé des taux d'intérêt au-delà de 3%, ce à quoi l'Etat a refusé de se soumettre.

Selon les spécialistes du marché consultés par Sika Finance, les investisseurs du marché régional auront tendance à être plus exigeants du fait du changement de la politique monétaire de la BCEAO. L'institution a en effet annoncé depuis ce 14 septembre un relèvement de son principal taux directeur de 2,25% à 2,50%. Autrement dit, les banques commerciales empruntent désormais un peu plus cher de la liquidé auprès de la Banque centrale, de sorte qu'elles sont amenées à répercuter cette hausse sur le marché.

Voir aussi - UMOA : La BCEAO relève ses taux directeurs à 2,50% pour contenir l'inflation

Notons qu'au mois de juin dernier, la BCEAO avait déjà augmenté son principal taux directeur de 2 à 2,5%.

Jean-Mermoz Konandi


  
Répondre

Retour au forum Général