BAD : La 1ère émission d'obligations hybrides génère un record de souscriptions

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ouvre dans 18h6min


La Banque africaine de développement (BAD) a résolument la cote auprès des investisseurs internationaux. Deux semaines après avoir capté 2,5 milliards de dollars sur des obligations sociales, l'institution panafricaine a annoncé avoir clôturé avec succès sa toute première émission d'obligations hybrides lui permettant de mobiliser 750 millions USD (environ 455 milliards FCFA). Le taux d'intérêt adossé à ce financement est de 5,75% sur 10,5 ans, inférieur au taux de 6,375 % sur lequel la banque tablait initialement.

L'opération a suscité un fort intérêt des investisseurs, ce qui s'est matérialisé par une forte demande ; le carnet de commandes ayant atteint plus de 6 milliards de dollars alors que la banque ne recherchait initialement que 500 millions USD. “Nous avons constaté un énorme intérêt de la part de plus de 275 investisseurs, ce qui a donné lieu à un carnet de commandes record pour la BAD”, s'est réjoui Omar Sefiani, le trésorier de l'institution bancaire.

La demande provenait principalement du Royaume-Uni (51,1%), de la région Europe, Moyen-Orient et Afrique (26,5%), de l'Asie (14%) et des Amériques (8,4%). BNP Paribas et Goldman Sachs ont structuré et coordonné l'émission, tandis que Barclays et BofA Securities ont joué le rôle de teneurs de livre.

Le succès de cette opération est un événement car la BAD est la première banque multilatérale de développement à émettre des obligations hybrides. Il s'agit de titres de créances qui possèdent à la fois des attributs propres aux instruments de dette (coupon et option de remboursement anticipé) et certaines caractéristiques des actions (maturité perpétuelle ou très longue). Elles comportent des clauses permettant notamment à l'émetteur de reporter le paiement du coupon ou du principal.

“Cette transaction historique a été accueillie avec un enthousiasme marqué par un large éventail d'investisseurs. Il ouvre la voie à la Banque africaine de développement et aux autres banques multilatérales de développement notées AAA pour qu'elles puissent exploiter davantage leur base de capitaux et accroître leur soutien à l'Afrique et au monde en développement, qui sont confrontés à de multiples crises et à des défis de développement à long terme, dans un contexte de ressources de développement limitées”, a déclaré Hassatou N'Sele, la vice-présidente de la BAD en charge des finances.

Cédrick Jiongo

La Rédaction

Publié le 01/02/24 20:26

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

6Wfh4jBM6Kn3EFUrZujC8iX4loLVJ94-h00LnRwFV14 False