La BAD lève 2 milliards de dollars via des obligations sociales pour financer des projets en Afrique

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ouvre dans 24h36min

Auréolé d'un triple A auprès des principales agences de notation, la Banque Africaine de développement (BAD) a réussi son entrée en matière sur le marché américain des capitaux avec une levée de 2 milliards de dollars (environ 1 203,6 milliards FCFA). Malgré un environnement de marché particulièrement volatil, l'institution panafricaine a profité d'une fenêtre favorable pour émettre le mercredi 17 janvier dernier sa première obligation sociale de l'année libellée en dollars américains, et d'une maturité de 3 ans. 

L'opération a suscité un fort intérêt des investisseurs avec un carnet d'ordres qui a atteint 3,6 milliards de dollars le 18 janvier à 10h50. Des offres provenant principalement des “investisseurs de grande qualité”  notamment les banques centrales, les institutions officielles et les Trésors bancaires qui ont représenté 78% du carnet d'ordres, selon la BAD.  A la clôture de l'opération, à 13h00, la BAD ne s'est contentée que de 2 milliards de dollars, fixant le prix du coupon à 4,221% ce qui, pour l'institution, est l'un des taux les plus favorables sur le marché du dollars depuis le début de l'année. 

Voir aussiLa BAD lève 50 millions de dollars d'obligations vertes sur le marché australien

Le succès de cette levée de fonds confirme surtout la capacité de la BAD à valoriser sa signature et à se financer sur différents marchés.  Précisons que pour mobiliser ce financement l'institution s'est attachée les services d'un consortium d'arrangeurs constitué de BNP Paribas, BofA Securities, Crédit Agricole, CIB, J.P. Morgan, Nomura et de Caste Castle Oak Securities comme co-chef de file.

Rappelons que cette émission obligataire rentre dans le cadre du programme d'obligations durables de la BAD lancé en septembre 2023. Les fonds mobilisés dans le cadre de ce programme serviront à “soutenir la transition des pays africains vers une croissance verte, à travers le financement de projets éligibles liés au changement climatique, et à promouvoir une croissance inclusive, à travers le financement de projets sociaux éligibles”.

Cédrick JIONGO

La Rédaction

Publié le 23/01/24 11:48

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

UkpG8oY3yV2Cty7uZqMFTm0R51o2fmXQGnFTY6xKBgw False