Cacao : Le prix minimum de 2 600 dollars remis en cause ?

ABC000000094 - ABCCA
La bourse Ouvre dans 11h47min

Joseph Aidoo du Cocobod et Ibrahim Koné du CCC lors de la rencontre d'Abidjan ce 3 juillet

 

L'euphorie passée, la Côte d'Ivoire et le Ghana doivent faire face à la réalité du terrain. Le 12 juin  dernier suite à une première rencontre à Accra, les deux principaux pays producteurs de cacao s'extasiaient à l'idée d'avoir pu imposer un prix plancher de 2 600 dollars aux négociants et industriels de la filière. Un enthousiasme qui semble avoir été de courte durée.

Réunis à Abidjan ce 3 juillet, les acteurs mondiaux du cacao devaient en principe s'accorder sur les modalités pratiques de mise en œuvre de ce prix minimum, actant ainsi la décision d'Accra. Toutefois, le principe d'une telle offre de prix n'est manifestement pas encore acquis.

Le conclave d'Abidjan a en effet porté essentiellement sur une séance d'explication sur la mise en place d' " un nouveau mécanisme de fixation des prix pour le commerce des fèves de cacao " à l'initiative de la Côte d'Ivoire et du Ghana et qui " contribuerait à fournir un prix rémunérateur aux producteurs ", note le bref communiqué final.

Il a juste été admis le principe d'un " différentiel de revenu de subsistance fixe " qui table sur un montant de 400 dollars à appliquer sur la tonne de fève.

" Le mécanisme qui a été introduit aux acteurs clés de l'industrie a été compris. (…) Un montant de $400 la tonne (différentiel de revenu de subsistance) a été institué pour garantir le prix plancher ", note le CCC ivoirien et le Cocobod du Ghana, assurant que ce revenu fixe " procurera aux producteurs un revenu décent ".

Le communiqué ne fait donc pas expressément mention de prix minimum de 2 600 dollars objet de tous les éloges il y a quelques semaines, ouvrant la voie aux spéculations sur les divergences de vue au sein de la filière.

Dans les faits, avec ce nouveau mécanisme qui devrait être appliqué sur les ventes de la campagne 2020/2021, il faudra un niveau de cours de 2 200 dollars la tonne pour, avec le montant fixe de 400 dollars, parvenir au prix plancher annoncé 2 600 dollars. Mais c'est sans compter avec les capacités d'anticipations des négociants et industriels dans le monde ultra libéral du marché des matières premières.  

Sur le marché international, l'annonce de l'accord d'Accra le 12 juin dernier avait propulsé le cours du cacao à 2 568 dollars, un record depuis le début de l'année. Mais depuis les cours ont repris leur Yo-Yo sur une tendance baissière. Hier 3 juillet à la clôture, le cacao a terminé en baisse de 0,61% à 2 458 dollars la tonne.

Jean Mermoz Konandi

Publié le 04/07/19 09:33

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

0JImG9RBFqkuj1G1wUqsScjFW9cx2R-eAkp34ldy6Vs False