Côte d’Ivoire : Hausse de 60 FCFA du prix du litre du super et celui du gasoil

CI0000000659 - TTLC
La BRVM Ouvre dans 32h55min

Les automobilistes et autres usagers des stations-services de Côte d'Ivoire ont déjà pu certainement constater depuis cette matinée de ce 1er octobre, une hausse de 60 FCFA du prix du litre du super ainsi que celui du gasoil.

En effet, le litre du super à la pompe est passé de 815 à 875 FCFA, et celui du gasoil de 655 à 715 FCFA, soit un taux d'augmentation respectif de 7,36% et 9,16%.

Cette hausse du prix du carburant, à en croire Mamadou Sangafowa Coulibaly, ministre ivoirien en charge des Mines, du Pétrole et de l'Energie, est due au fait que le cours du pétrole brut est resté élevé depuis le début de l'année. Et ce, à cause de la crise russo-ukrainienne, et également de la décision des pays de l'OPEP+, dont l'Arabie-Saoudite et la Russie, de réduire leurs productions et exportations de pétrole brut, à partir de juillet 2023 et également la réduction des stocks de réserves de certains pays.

Voir aussi - Côte d'Ivoire : Le litre du super, gasoil et pétrole lampant flambe de 40 FCFA/litre

"A fin juin 2023, le prix du baril de Brent était de 73 dollars. Il a atteint 86 dollars à fin juillet 2023 et a franchi la barre de 97 dollars à fin septembre 2023, soit une hausse de 24 dollars, le baril en l'espace de seulement deux mois", a-t-il souligné, lors de sa conférence de presse, selon la note gouvernementale.

Le ministre Mamadou Sangafowa Coulibaly a également fait mention des efforts du gouvernement pour atténuer le coût du carburant dans le pays. Ainsi, a-t-il indiqué que pour ce mois d'octobre 2023, l'Etat devrait consentir un effort de 13 milliards FCFA, afin de maintenir ces niveaux de prix indiqués, ce qui représenterait ‘'un effort cumulé à fin octobre 2023 de 68 milliards FCFA''.

Il a aussi rappelé que les efforts consentis par le gouvernement sur l'année 2022, pour maintenir les prix à la pompe à leurs niveaux actuels à fin septembre, se sont chiffrés à 726 milliards FCFA.

Il faut rappeler que la dernière hausse du prix à la pompe du super remonte au 1er février 2023, où le litre était passé de 775 à 815 FCFA, soit une augmentation de 40 FCFA, équivalant à un taux de 5,16%. Celui du gasoil remonte au 1er octobre 2022, soit un an jour pour jour, où le litre à la pompe avait flambé de 40 FCFA, passant de 615 à 655 FCFA, soit un taux de 6,5% de hausse.

Les prix des autres produits pétroliers, notamment le gaz butane très utilisé par les ménages en zones urbaines et celui du pétrole lampant utilisé surtout dans les zones rurales non-électrifiées, sont demeurés inchangés.

Pas d'augmentation des coûts du transport, ni des denrées de grande consommation

Cette hausse du prix du carburant ne va pas entrainer une augmentation des coûts du transport. En tout cas, c'est l'assurance donnée par Amadou Koné, ministre ivoirien en charge des Transports, qui soutient avoir eu des échanges avec les acteurs du secteur, pour le maintien des coûts du transport à leurs niveaux actuels.

Des mesures d'accompagnement ont été prises par le gouvernement pour atténuer les effets de ce réajustement des coûts du carburant pour les transporteurs, a souligné Amadou Koné.

Au nombre de ces mesures, l'on note l'application stricte du décret relatif aux contraventions, aux amendes qui en découlent, et la suppression de la perception de l'amende de 22 500 FCFA, et du respect des 33 barrages de contrôles routiers règlementaires.

Il y a également la prise d'un acte pour règlementer le remorquage des véhicules et aussi d'un arrêté interministériel instaurant un cadre permanent de concertation, dans l'attente de la tenue des états généraux du Transport routier. Pour le strict respect de ces mesures, un numéro vert, en l'occurrence le 1302, sera activé afin de dénoncer les éventuelles augmentations constatées et poursuivre la sensibilisation.

Dans la même veine, Souleymane Diarrassouba ministre ivoirien en charge du Commerce, de l'Industrie et de la Promotion des PME, a également indiqué avoir rencontré les associations et fédérations de consommateurs, de commerçants et d'industriels, de sorte qu'il n'y ait pas de hausse des prix applicables sur les produits de grande consommation.

Il a ainsi appelé l'ensemble de la population à utiliser la ligne verte 1343, et la plate-forme "contrôle citoyen", en cas d'éventuel non-respect des prix plafonnés constaté.

"Nous serons très vigilants sur le suivi des prix des denrées de première nécessité. Nous allons intensifier la surveillance des marchés, à travers la Brigade de contrôle rapide (BCR) et les 31 directions régionales et veiller au respect de l'affiche des prix des produits plafonnés", a-t-il signifié.

Narcisse Angan

Publié le 01/10/23 14:36

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

rlE5iDidaOb3xmTxbzs-X4Av8wTLcZWvL9mdELaCFhk False