Dr Emmanuel MIAN, président de Denkyem Institute : ‘’Nous voulons être un laboratoire d’idées au service de la Côte d’Ivoire’’

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM ouvre dans 13h26min

Dr Emmanuel MIAN, président de Denkyem Institute :

Nous voulons être un laboratoire d'idées au service du développement de la Côte d'Ivoire.

 

Médecin généraliste, diplômé du programme Grande Ecole de l'ESSEC Business School, Dr Emmanuel MIAN qui cumule des expériences variées dans le domaine de la santé, est aussi un passionné des questions de politique publique. Porté par une grande volonté de contribuer aux débats sur les grandes problématiques auxquelles sont confrontés les pays en développement, spécialement la Côte d'Ivoire, il a réussi le pari de mobiliser des experts et spécialistes ivoiriens de divers horizons dans un cadre formel de réflexion : Denkyem Institute, un think tank qui a pris forme l'année dernière.

Il présente dans cette interview l'organisation et la vision que porte son engagement.

 

Vous avez fondé un think tank afin de mener des réflexions sur les grandes problématiques auxquelles fait face à la Côte d'Ivoire. Et si on commençait par les présentations ?

Je suis Emmanuel Mian, Ivoirien, titulaire d'un doctorat d'Etat en médecine de l'université Félix Houphouet-Boigny d'Abidjan-Cocody, et d'un master en management de l'ESSEC Business School en France. J'ai eu des expériences professionnelles variées, tout d'abord en milieu hospitalier, en Côte d'Ivoire, puis en industries pharmaceutique et des dispositifs médicaux en France.

 

Merci pour cette rapide présentation. Pourquoi être passé de la médecine à l'industrie ? N'est-ce pas un virage à 360° ?

Je dirais oui et non. Oui parce que je n'exerce plus en tant que médecin. Je ne mets plus la blouse comme mes confrères, et ne vois plus de patients au quotidien. Non parce que dans l'industrie, je travaille toujours sur des sujets médicaux. Sur mon poste actuel, j'ai la possibilité d'élaborer des protocoles d'études cliniques et faire de la revue de littérature scientifique et médicale. Je reste donc au contact de la discipline malgré les apparences.

 

Vous êtes le président de Denkyem Institute. Pouvez-vous nous en dire plus sur cette organisation ?

Le Denkyem Institute est un think tank, un " laboratoire d'idées " ayant pour objectifs de produire des rapports, notes et analyses à destination des pouvoirs publics ivoiriens, mais aussi de contribuer à l'éducation citoyenne sur les questions de politique publique. Nous sommes donc un laboratoire d'idées au service du développement de la Côte d'Ivoire.

Le Denkyem Institute est un think tank, un " laboratoire d'idées " ayant pour objectifs de produire des rapports, notes et analyses à destination des pouvoirs publics ivoiriens …

Les thématiques que nous abordons sont variées : de l'économie à la santé, en passant par les infrastructures et l'éducation. L'association est composée de personnes jeunes, justifiant de parcours appréciables dans leurs champs de compétence respectifs, convaincues qu'une plus grande implication de la jeunesse ivoirienne sur les sujets de politique publique est indispensable pour faire bouger les lignes.

 

Que signifie " Denkyem " ?

L'appellation " Denkyem " fait référence au symbole ‘'Adinkra'' du crocodile, caractérisé par son adaptabilité, capable de vivre dans l'eau, dans des zones marécageuses et sur la terre ferme. Et pour nous, dans le monde dans lequel nous sommes et face aux nombreuses mutations en cours, seuls les états capables de s'adapter aux contraintes de tous ordres sauront tirer leur épingle du jeu. Et c'est ce à quoi nous aspirons pour notre pays.

 

Pouvez-vous nous en dire plus sur les parcours de vos membres ? Qui sont-ils ?

Concernant les parcours, nos intervenants sont passés par des écoles prestigieuses tant en Côte d'Ivoire (Univ. De Cocody et Bouaké, INP-HB, ENSEA, ESATIC…) qu'en Europe (HEC Paris, ESSEC, Edhec, Emlyon, Grenoble EM, Télécom EM, CERDI, Univ. Paris 2 Assas, HEC Lausanne, Swansea University…), et aux Etats-Unis (Stanford University, Chicago Booth School of Business, Lehigh University).

Ils sont médecin, pharmacien, avocat, ingénieur, expert-comptable, biologiste moléculaire, économiste, consultant, chercheur…et ont eu des expériences professionnelles dans des structures comme : Deloitte, EY, AXA, Société Générale, PIMCO, la Banque Mondiale, la BAD, le BNETD,  ministère ivoirien de l'enseignement technique et de la formation professionnelle, PFO Africa, la SODECI, SAUR, Bayer CropScience, Boehringer Ingelheim, General Electric, Solystic, Volvo, la Direction Générale du Trésor français, la Banque Centrale du Maroc, Natixis, BNP, OnePoint, SiriusXM, Hogan Lovells, DLA Piper…

Un groupe solide donc et surtout très enthousiaste.

 

N'avez-vous pas peur que certains vous taxent de " donneurs de leçons ", " déconnectés des réalités du pays " parce que vivant pour la plupart à l'étranger ?

Cet argument ne saurait prospérer. Tous les membres de l'association ont à un moment donné de leur parcours vécu en Côte d'Ivoire. Certains ont poursuivi leurs études à l'étranger après le baccalauréat, d'autres la licence, le master ou même le doctorat, comme moi. Plusieurs également sont restés sur place et mènent des carrières appréciables. Et c'est cette variété de parcours qui fait notre richesse, et nous permet de faire des propositions qui soient les plus proches possibles des réalités que vivent les Ivoiriens, tout en nous inspirant des bonnes pratiques ayant cours dans d'autres pays. Nous avons donc une totale légitimité pour nous prononcer sur des sujets qui touchent à notre pays.

Nous entendons faire des propositions qui soient les plus proches possibles des réalités que vivent les Ivoiriens, tout en nous inspirant des bonnes pratiques ayant cours dans d'autres pays.

 

Pensez-vous qu'il y a un besoin pour ce type d'organisation sur la scène ivoirienne, et pourquoi ?

Je pense qu'il existe un besoin réel. Les décideurs des sphères politico-économiques sont très pris par leurs activités au quotidien et prennent des décisions bien souvent dans l'urgence, parfois sans une vraie prise de recul et une vision claire de l'impact de leurs actions à moyen ou à plus long terme. Ce que nous leur proposons, c'est de mener des réflexions sur des sujets qui touchent au cœur de l'Etat et à la vie de notre nation, afin qu'ils puissent avoir des ressources supplémentaires de bonne qualité sur lesquelles s'appuyer pour évoluer de manière plus sereine.  

Les décideurs des sphères politico-économiques sont très pris par leurs activités au quotidien et prennent des décisions bien souvent dans l'urgence, parfois sans une vraie prise de recul et une vision claire de l'impact de leurs actions …

 

Et que diriez-vous aux gens qui vous taxeraient d'être un parti politique compte tenu des sujets que vous abordez ?

Je dirais qu'ils se trompent. Pour moi il y a deux façons de faire de la politique : s'engager dans un parti politique et faire de la " politique politicienne " ou alors travailler dans le cadre d'un think tank, où l'on réfléchit à tous les problèmes que peut rencontrer notre pays en essayant d'y apporter les solutions les plus pertinentes, sans idée a priori et avec la plus large concertation possible. Chez Denkyem, nous avons choisi la seconde option. L'association est apolitique (n'est ni un parti politique, ni affiliée à un parti politique), laïque, généraliste et indépendante.

 

N'avez-vous pas peur que vos recommandations ne soient pas suivies et que l'impact recherché soit nul au final ?

C'est un écueil important en effet, pour lequel il faudra effectuer une communication et un lobbying importants. Mais au-delà de ça, notre credo c'est " Think. Act. React. ". Ainsi, plus que la seule production d'idées, nous nous définissons également comme un " do tank ". A ce titre, nous mèneront des actions qui auront un impact direct sur nos concitoyens.

(…) notre credo c'est " Think. Act. React. ".

 

Nous sommes au terme de notre entretien. Que voulez-vous que l'on en retienne ?

Que nous sommes présents dans le paysage ivoirien, pour essayer d'améliorer certaines choses en fonction des moyens dont nous disposons. J'aime bien deux citations, l'une du président John Fitzgerald Kennedy : " Ne demande pas ce que ton pays peut faire pour toi, demande ce que tu peux faire pour ton pays. " et l'autre du président Félix Houphouet-Boigny : " Dans cette Côte d'Ivoire où est si vive la conscience de la responsabilité de génération en génération, la fierté veut que, chacun de nous laisse, à la génération future, davantage qu'il n'a reçu. ".

Pour moi, elles traduisent le fait que l'implication citoyenne de chaque force vive de la nation est un puissant catalyseur à même de propulser une nation vers les sommets. J'invite donc les Ivoiriens à adhérer à notre initiative, en commençant par nous suivre par le biais de nos différents canaux de communication que sont notre site internet (www.denkyeminstitute.org) et nos différentes pages (Facebook, LinkedIn, Twitter et Instagram). De belles choses sont en préparation.

La Rédaction

Publié le 06/01/22 16:22

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.