Fitch menace de déclasser le Gabon en cas de sanctions économiques des organisations régionales

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ouvre dans 25h6min

L'agence de notation Fitch Ratings a placé ce mardi “sous surveillance négative” la note “B-” du Gabon invoquant un risque de défaut de paiement née de la grande incertitude politique dans ce pays d'Afrique centrale à la suite du coup d'État militaire perpétré le 30 août dernier. La mise sous surveillance négative signifie que le profil émetteur est passible d'être dégradé en fonction de l'évolution des événements.

L'agence américaine estime que le coup d'État pourrait avoir affaibli la solvabilité du Gabon en nuisant à “la capacité opérationnelle des institutions responsables de la gestion de sa trésorerie et de la dette”, et en affectant également l'accès du pays aux marchés domestique des capitaux. Néanmoins le pays devrait honorer les échéances sur sa dette à court terme avec des paiements de coupons “gérables” sur ses euro-obligations jusqu'en 2025.

Voir aussi - Gabon : Après le putsch, Moody's redoute des “tensions économiques et financières”

L'élément déclencheur d'un défaut de paiement, et donc d'un abaissement de la note du Gabon, serait la prise de sanctions économiques par les institutions régionales comme cela a récemment été le cas en Afrique de l'Ouest avec la CEDEAO et l'UEMOA au lendemain du putsch militaire au Niger, prévient Fitch. “Les dépôts du Gabon sont en partie détenus à la banque centrale régionale (BEAC) et sont donc vulnérables aux sanctions”.

Pour le moment, les deux regroupements régionaux à savoir Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC) et la Communauté économique des États de l'Afrique centrale (CEEAC) semblent privilégier la voix diplomatique. Le 5 septembre dernier, la CEEAC a suspendu le Gabon de ses instances, puis dépêché le président centrafricain Faustin Archange Touadéra à Libreville pour négocier avec le Comité pour la transition et la restauration des institutions (CTRI) pour un retour rapide à l'ordre constitutionnel. “Une intervention militaire étrangère est peu probable” estime l'agence.

Cédrick Jiongo

La Rédaction

Publié le 06/09/23 14:00

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

UkpG8oY3yV2Cty7uZqMFTm0R51o2fmXQGnFTY6xKBgw False