Les marchés nigérian et ghanéen constituent des facteurs de risque pour Ecobank selon Fitch

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ouvre dans 14h16min

L'agence américaine de notation Fitch Ratings a reconduit la note de crédit “B-” d'Ecobank Transnational Incorporated (ETI) assortie d'une perspective stable, a-t-on appris d'une note d'information publiée ce 17 avril. Logée 5 crans en dessous de la catégorie “investissement”, cette note reflète “une diversification géographique solide, une qualité d'actifs acceptable, une rentabilité opérationnelle saine et un solide profil de financement et de liquidité”. Présent dans 33 pays d'Afrique subsaharienne, ETI a pu générer des revenus de 26,6 milliards USD au cours des 9 premiers mois de 2023 ce qui en fait l'un des plus grands groupes bancaires du continent, selon Fitch.

Cette diversification géographique est un couteau à double tranchant car la banque opère dans des environnements économiques présentant des risques de volatilité ce qui constitue un facteur de vulnérabilité pour la qualité de ses actifs. Fitch pointe notamment la forte exposition aux marchés nigérian et ghanéen (29% des actifs du groupe) respectivement notés B- et SD (défaut sélectif). Selon l'agence, la faible qualité de crédit de ces deux pays pourrait constituer un problème pour la banque à l'avenir. “La notes de crédit d'ETI sont sensibles aux dégradations des notes souveraines sur ses marchés clés, en particulier au Nigeria, ou à une exposition accrue aux souverains notés B- ou inférieurs”, redoute l'agence américaine.

Bien plus, ces deux pays renforcent l'exposition accrue du groupe au risque de change. Au Nigéria, ETI est exposée à la dépréciation du Naira intervenue dans le sillage des mesures économiques du Bola Tinubu au lendemain de sa prise de fonction le 29 mai 2023. Selon Bloomberg le Naira est toujours 50 % plus faible par rapport au dollars qu'il ne l'était avant l'entrée en fonction de l'actuel Président. Le Cedi ghanéen s'est également effondré depuis 2022 alors que le pays traverse une grave crise économique. La dépréciation des monnaies locales dans ses pays d'opérations par rapport au dollars a entraîné une perte globale de 236 millions USD pour Ecobank au cours des 9 premiers mois de 2023.

Cédrick Jiongo 

La Rédaction

Publié le 21/04/24 13:21

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

nwFye9Qejh_CabJqJF-SF-8eieAKFvOUijaVD35ddWQ False