Sika Day’s : "Nous sommes obsédés par l’utilisation efficiente des ressources de la banque", Paul-Harry Aithnard

CI0000002424 - ECOC
La BRVM Ouvre dans 11h22min

La deuxième édition des Sika Day's, une plateforme mise en place par Sika Finance pour permettre aux entreprises de rencontrer les acteurs du marché et les investisseurs, s'est déroulée le 19 mai 2023 au somptueux complexe hôtelier Noom à Abidjan, sur le thème : "Ecobank, partenaire de la croissance ivoirienne".

La société mise à l'honneur lors de cet événement était Ecobank Côte d'Ivoire, dont le top management, dirigé par Paul-Harry Aithnard, directeur général, a eu l'occasion de rencontrer plus de 150 acteurs du marché (SGI, SGO, fonds d'investissements, investisseurs particuliers, etc.) triés sur le volet.

Daniel Aggré, directeur général de Sika Finance

Préalablement, Daniel Aggré, directeur général de Sika Finance, l'organisateur de l'événement, a donné le ton en rappelant que les Sika Day's visaient principalement à "réduire l'asymétrie d'information entre les acteurs du marché financier (les investisseurs particuliers et institutionnels, les fonds d'investisseurs, les SGI, les SGO, etc.) dans le but de faciliter la prise de décision lors de leurs placements".

Ecobank Côte d'Ivoire, une banque solide

Dans cette optique, il a mis en avant la remarquable performance de la filiale ivoirienne du groupe Ecobank, caractérisée par un bénéfice record de 44,6 milliards FCFA à la fin de l'année 2022, enregistrant une augmentation significative de 30% par rapport à l'exercice précédent. Cette progression est due à une maîtrise des coûts, avec un coefficient d'exploitation atteignant un niveau confortable de 47%.

La solidité du résultat net repose également sur une bonne dynamique commerciale, symbolisée par une croissance de 9,51 % du produit net bancaire, qui s'élevait à 99,15 milliards FCFA à la fin de l'année 2022. De plus, les dépôts totaux ont augmenté de 16,7% pour atteindre 1 269,61 milliards FCFA, tandis que les crédits ont augmenté de 20,8% pour atteindre 1 584,28 milliards FCFA.

En conséquence, le total du bilan s'est consolidé à 1 685 milliards FCFA, ce qui place Ecobank Côte d'Ivoire au quatrième rang des bilans les plus importants de l'UMOA parmi les 156 établissements bancaires.

Ces performances remarquables ont propulsé Ecobank Côte d'Ivoire au rang de locomotive des 9 filiales du cluster UEMOA, représentant notamment 36% du résultat net de ce cluster, 33% du total des dépôts et 28% du total du bilan à la fin de l'exercice 2022.

Paul-Harry Aithnard, directeur régional UEMOA - directeur général Ecobank CI

"Ce rendez-vous est très important pour nous, car nous souhaitons rencontrer nos actionnaires au moins une fois par an. Nous le faisons avec beaucoup de respect, car en tant que direction, nous travaillons avec les fonds que vous, investisseurs, nous avez confiés afin de pouvoir vous offrir un retour sur investissement", a déclaré Paul-Harry Aithnard, directeur général, en situant le contexte de cette rencontre.

"Il est essentiel pour nous de tenir cet événement chaque année afin de promouvoir ce qui est important pour nous, à savoir la transparence. C'est une valeur qui est souvent absente sur nos marchés, et nous nous efforçons d'être les meilleurs dans notre domaine", a-t-il ajouté.

En revenant sur la performance de la banque au cours des cinq dernières années, le directeur général d'Ecobank Côte d'Ivoire a expliqué qu'elle était le résultat d'un certain nombre de choix et de décisions stratégiques prises par la direction. Il s'agit d'une stratégie élaborée depuis 2019, sur un cycle de cinq ans, qui repose sur cinq piliers fondamentaux : la croissance, la diversification, l'efficience et l'expérience client.

En d'autres termes, l'objectif de la banque est de dépenser moins pour générer davantage. "C'est pourquoi nous sommes obsédés par notre coefficient d'exploitation. Ce n'est pas que nous n'avons pas de dépenses, mais nous voulons les rendre productives", a expliqué Paul-Harry.

Dans cette optique, la banque a investi massivement dans la digitalisation, ce qui lui confère un avantage concurrentiel considérable. "L'avantage de la digitalisation, c'est qu'avec 1 dollar ou 100 FCFA, l'impact que je peux avoir grâce à la technologie et à la digitalisation est bien plus important", a souligné le directeur général d'Ecobank Côte d'Ivoire.

"Cette stratégie repose sur une analyse approfondie de l'économie ivoirienne, des secteurs en croissance, tout en tenant compte des risques présents sur le marché ivoirien", a soutenu Paul-Harry.

Les différents choix stratégiques ont été détaillés par l'équipe de direction qui accompagnait le directeur général. Il s'agissait notamment de Oumar Koné, directeur de la banque commerciale (englobant les entreprises locales du secteur privé et les PME), Carine Abiola, responsable des grandes entreprises internationales, Jean-Marc Aney, directeur de la banque des grandes entreprises, Aniela Koffi, responsable des PME, Roseline Abé, directrice générale EDC EIC, Franck Elleingand, directeur financier, et Jean Tolla Konan, directeur de la banque transactionnelle.

Plus de 500 milliards FCFA de financement accordés à l'économie

Cette deuxième édition des Sika Day's a donné à Ecobank Côte d'Ivoire l'occasion de présenter son engagement envers l'économie ivoirienne. Ainsi, la banque a alloué 360 milliards FCFA au financement des infrastructures, dont 240 milliards FCFA en financement bilatéral et 120 milliards FCFA en financement privé. Pour 2023, Ecobank Côte d'Ivoire prévoit de mobiliser plus de 100 milliards FCFA supplémentaires pour le financement des infrastructures routières, portuaires et énergétiques.

Jean-Marc Aney, directeur de la banque des grandes entreprises à Ecobank CI

À titre d'exemple, Jean-Marc Aney a annoncé qu'Ecobank Côte d'Ivoire avait contribué respectivement à hauteur de 38 milliards FCFA et 30 milliards FCFA au financement des travaux de rénovation du stade Félix Houphouët-Boigny et des travaux de réfection de la route côtière, un axe routier majeur reliant les deux principaux pôles économiques d'Abidjan et de San Pedro.

En ce qui concerne le secteur industriel, les prêts d'Ecobank Côte d'Ivoire sont estimés à 100 milliards FCFA, avec une enveloppe supplémentaire de plus de 50 milliards FCFA prévue cette année.

Le secteur minier est un autre secteur d'intérêt pour Ecobank Côte d'Ivoire, qui a octroyé 40 milliards FCFA de prêts pour soutenir son dynamisme.

Une attention particulière a également été accordée aux petites et moyennes entreprises (PME), qui représentent 98 % du tissu économique du pays, mais contribuent seulement à hauteur de 20 % au PIB (Produit Intérieur Brut). Ecobank Côte d'Ivoire a accordé aux PME des crédits d'un montant de 20 milliards FCFA à ce jour.

En ce qui concerne l'accompagnement spécifique des PME, Ecobank Côte d'Ivoire a présenté sa solution de financement pour ce type d'entreprises. La banque ivoirienne propose un schéma alternatif basé sur la capacité de la PME à exécuter des commandes ou des marchés, ainsi que sur la capacité de ses clients à honorer leurs engagements financiers envers la PME. De plus, des partenariats ont été établis avec des fonds de garantie, ce qui réduit les garanties exigées aux PME lorsqu'elles cherchent à obtenir un financement.

La nécessité d'une culture du risque

Lors de sa deuxième prise de parole, Paul-Harry Aithnard a insisté sur la nécessité de mettre en place un environnement de contrôle et une culture du risque, car "l'activité d'une banque consiste à prendre des risques au quotidien". Selon lui, c'est seulement dans ces conditions que la banque sera en mesure de continuer à offrir un rendement optimal aux investisseurs.

À cet effet, une feuille de route a été élaborée, axée sur cinq points. Le premier point concerne les comportements du comité de direction face aux questions de contrôle et de risque. Le deuxième point concerne la structure organisationnelle, suivi de la mise en place d'un cadre de surveillance des risques. Les quatrième et cinquième points abordent les questions de capacité organisationnelle et de gestion des talents.

Des perspectives prometteuses

Un aperçu du public

En somme, Ecobank Côte d'Ivoire a présenté ses perspectives à l'horizon 2025, confirmant ainsi la dynamique de croissance affichée par la banque au cours des cinq dernières années. Les prêts nets à la clientèle devraient augmenter de 10% à 15%, tandis que les dépôts de la clientèle devraient augmenter de 15% à 20%.

De même, le produit net bancaire devrait connaître une augmentation de 10% à 12%, témoignant de la rentabilité continue d'Ecobank Côte d'Ivoire, pour un coefficient d'exploitation oscillant entre 40% et 45%. Le ratio des prêts sur dépôts, quant à lui, devrait ressortir entre 70% et 75%.

En ligne avec ce qui précède, le résultat net devrait sortir en consolidation de 15% à 20% sur la même période.

Dr Ange Ponou

Publié le 22/05/23 15:38

1 commentaire sur cet article. Participez à la discussion.
KWAME


31/03/24 22:22
Bonjour, pourquoi un tel ralentissement dans la progression des chiffres de ecobank ? On passe d'un prévisionnel de croissance de 15-20% à 8%.sans oublier au t3 on est à 30% de progression. Les sociétés devraient systématiquement mettre à disposition un rapport de gestion pour aider à la compréhension plutôt que de juste balancer des états financiers.

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

CvuA_imzJdwvbWiZrsVY_U3RdbJ7PKnHywlO05ozwDU False