sikafinance, bourse afrique de l'ouest
se connecter
CONNEXION

Ecobank : Détrônée par la zone UEMOA en 2018, la filiale nigériane réalise la plus petite performance du groupe en 2019

TG0000000132 - ETIT
La BRVM ouvre dans 9h25min

Détrônée par les filiales de la zone UEMOA devenue première source de revenu du groupe au terme de l'exercice 2018, Ecobank Nigéria a à nouveau enregistré un résultat bien en deçà de ce qu'il était il y a quelques années.

Fin 2019, la filiale nigériane a vu son résultat net s'effriter à seulement 3 millions de dollars, réalisant la plus petite performance du groupe là où les profits des autres régions se chiffrent en centaines de millions de dollars.

Sur les 275 millions $ de résultat net générés par Ecobank group en 2019, la zone UEMOA engrangé 147 millions $ de profit net, confortant son nouveau statut de première source de profit du groupe, devant notamment la zone AWA (Anglophone West Africa) avec 124 millions $. Un camouflet pour Ecobank Nigéria qui pesait, en 2018, 90 millions $ de bénéfice net.

La première explication est à retrouver dans la forte baisse du volume d'activité de cette dernière. D'un PNB qui représentait encore 24% de celui du groupe en 2018 (444 millions $ sur un niveau global de 1,8 milliard $), la filiale nigériane, avec 256 millions $ de PNB en 2019, a produit moins de 16% du revenu global du groupe (1,6 milliard $). Une baisse d'activité qui a induit un important repli sur l'ensemble des indicateurs financiers et qui est a à mettre en rapport avec les revers enregistrés par la politique de crédit de l'établissement.

Voir aussi - Les 5 principaux défis des banques en Afrique

Avec 2,2 milliards $ de crédit accordés en 2019 pour des dépôts de 3,9 milliards $ (respectivement 3,8 milliards $ et 5,6 milliards $ pour la zone UEMOA), Ecobank Nigéria a vu 24% de ses crédits logés dans la catégorie créances douteuses, contre moins de 9% pour les autres zones géographiques (4,1% dans l'UEMOA). Ce qui s'est certainement traduit dans le bilan par un effort important de provisionnement.

Il est bon ici de noter que pour une économie nigériane dépendante du pétrole, la chute des cours affecte bien souvent les entreprises qui peuvent se retrouver en situation précaire.

Voir aussi - Classement: Le Top 20 des banques de la zone UEMOA

A cela, s'il faut ajouter que les coûts de la filiale ont représenté près de 95% des revenus " contre 66,8 % en 2018, principalement en raison des défis importants rencontrés dans la génération de revenus ", selon le groupe, 2019 est un exercice à vite oublier chez Ecobank Nigéria.

Par ailleurs, les revenus nets d'intérêts ont chuté de 132 millions $ à 103 millions $. De même, l'établissement a subi des dépréciations nettes d'actifs financiers qui se sont élevées à 7 millions de dollars en 2019.

Amputé des profits d'Ecobank Nigéria, le groupe bancaire panafricain présent dans 33 pays, n'a pas spécialement fait cas de dividende dans sa publication. Ce qui laisse penser que les actionnaires se verront, pour la quatrième année consécutive, privés de rémunération.

Voir aussi - UEMOA : 70% des crédits bancaires ont une maturité de moins de 12 mois

Rappelons que le groupe Ecobank a annoncé un résultat avant impôts de 405 millions $, en hausse de 14 % (+de 39 % en dollar constant) et un résultat net de 275 millions $ (237 milliards FCFA), en hausse de 10%.

Jean Mermoz Konandi

Publié le 24/03/20 20:45

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.