Hévéa : La Côte d’Ivoire affirme son ambition de transformer 100% de sa production

CI0000000196 - SPHC
La BRVM Ouvre dans 47h39min

" Il ne nous est en effet plus possible de rester encore longtemps dans ce statut d'éternel producteur de base, où nous prenons la plus grande part de la pénibilité et si peu de la valeur globale produites par nos richesses agricoles ", s'est exprimé ce 8 juin le Premier ministre ivoirien Patrick ACHI, à l'ouverture du sommet mondial sur le caoutchouc qui se tient en mode virtuel.

Le fait est qu'Abidjan veut jouer un rôle prépondérant dans une filière mondial dont il est devenu un acteur incontournable.

Petit producteur au début des années 1960, la Côte d'Ivoire, aujourd'hui premier producteur africain d'hévéa avec tout de même 80% de la production du continent, s'est hissée depuis quelques années au rang de quatrième producteur mondial. Et le volume de 950 000 tonnes produit en 2020 devrait doubler pour passer à 2 millions de tonnes dans seulement 5 ans.

7,5% de la production mondiale 

Mais plus que le volume, l'enjeu pour le pays est de gagner la bataille de la valeur dans laquelle il reste un petit poucet. En effet, sur un chiffre d'affaires de 350 milliards de dollars généré par la filière à l'échelle internationale, " la Côte d'Ivoire ne capte que 0,5%, alors même qu'elle assure près 7,5% de la production mondiale ".

Au cours de cette rencontre qui enregistre la participation d'une vingtaine de pays, la Côte d'Ivoire étend ainsi porter la voix des pays au bas de la chaîne des valeurs, et intéresser les investisseurs pour de cette filière pour laquelle elle espère assurer 100% de la transformation primaire d'ici 2025.

Voir aussi - Côte d'Ivoire : La SAPH investit 17 milliards FCFA pour une nouvelle usine de transformation

La finalité d'une telle approche est d'améliorer les revenus des paysans, autre grand sujet de débat du sommet. Une ambition pour laquelle Patrick ACHI a appelé les acteurs mondiaux à trouver des solutions innovantes afin de sortir de la dépendance de l'industrie automobile, principal débouché du caoutchouc naturel qui sert à fabriquer les pneus.

Pour le ministre ivoirien en charge de l'Agriculture Kobenan Kouassi ADJOUMANI, la vision du pays pour le secteur est traduite dans le PNIA 2, le Programme National d'Investissement Agricole de deuxième génération qui vise à " passer d'une économie agricole de subsistance et exportatrice de matières premières, à une économie agricole à forte valeur ajoutée, tournée vers le marché ".

La rencontre d'Abidjan, organisé par l'International Rubber Study Group (IRSG), la seule organisation intergouvernementale qui réunit les acteurs mondiaux de la production et de la consommation de caoutchouc, avec l'appui du gouvernement ivoirien, se tient jusqu'au 11 juin.

Les experts du secteur mobilisés autour du thème central ‘'Affronter l'avenir : Inclusivité, Durabilité et croissance pour la nouvelle normalité'' vont débattre en outre de problématiques telles que les nouvelles mobilités, la digitalisation, le changement climatique et le développement de " l'économie verte " qui sont considérés " parmi les forces motrices qui détermineront l'avenir de la filière caoutchouc ".

Jean Mermoz Konandi

Publié le 08/06/21 18:43

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

ULxbEHuxKBIXDeh3E3o7Bg-vmP4TY3fZCNJObIzlcTQ False