La Côte d’Ivoire inaugure le 1er centre dédié à la médecine nucléaire d’Afrique francophone

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ouvre dans 25h36min

La Côte d'Ivoire vient de se doter de son tout premier centre dédié à la médecine nucléaire. Dénommé Institut de médecine nucléaire d'Abidjan (IMENA), cette nouvelle infrastructure sanitaire bâtie avec l'aide des Nations unies et logée dans le périmètre du CHU de Cocody, a été inaugurée ce 25 juillet, en présence du Premier ministre Patrick Achi.

‘'La médecine nucléaire, faut-il le préciser, est la spécialité médicale qui utilise les propriétés de la radioactivité à des fins médicales. Elle offre un outil de diagnostic très performant. Ce dernier est utilisé pour des centaines de pathologies, telles que les maladies cardio-vasculaires, les cancers ainsi que des affections neurologiques'', relève un communiqué publié par la primature.

Voir aussi - Inauguration à Abidjan du nouveau siège de la Clinique PROCREA

En d'autres termes, c'est l'utilisation du principe de la radioactivité, phénomène d'émissions de rayons pour chercher certaines maladies et en soigner d'autres, tels que le cancer de la thyroïde. Elle réunit à la fois les trois composantes, à savoir le laboratoire nucléaire, l'imagerie nucléaire et l'hospitalisation.

Ce centre qui fait de la Côte d'Ivoire, le premier pays d'Afrique francophone doté d'un institut composé de tous les services liés à la médecine nucléaire aura un rayonnement sous-régional.

Son inauguration a été couplé avec la mise en service du pôle gynéco-obstétrique et pédiatrique également situé au sein du CHU de Cocody. Construite sur 4 étages avec l'aide de l'Agence de développement Japonais (JICA) et dotée d'une capacité d'accueil de plus de 200 lits, cette nouvelle unité médicale devrait permettre à ‘'des milliers de femmes et de jeunes enfants de bénéficier de soins de qualité''.

Voir aussi - Côte d'Ivoire : 82 milliards FCFA pour la construction du 2ème centre de traitement du cancer

Bénéficiant d'un plateau de pointe, la réalisation de ces deux infrastructures qui vise à offrir des soins de qualité à la population a nécessité un investissement global d'environ 30 milliards FCFA (45,7 millions d'euros).

Narcisse Angan

Publié le 26/07/23 18:20

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

UkpG8oY3yV2Cty7uZqMFTm0R51o2fmXQGnFTY6xKBgw False