Les cours du cacao atteignent un niveau historique depuis 47 ans à la Bourse de New York

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ouvre dans 14h42min

Inédit ! Le marché mondial du cacao poursuit sa dynamique haussière avec les envolées records successives enregistrées depuis le second semestre de l'année dernière à la bourse de New York.

En effet, après 3 420 dollars, soit 2,06 millions FCFA, la tonne à la séance du 18 juillet 2023 et 3 746 dollars, soit 2,34 millions FCFA, le 23 octobre de la même année, le cours du cacao a encore culminé en sa séance du 24 janvier 2024 à 4 877 dollars, soit 2,9 millions FCFA la tonne. Il s'agit d'un record historique jamais réalisé depuis 1977, soit 47 ans.

Dans le même temps, sur le marché à terme de Londres, le cours de l'or brun s'échange également à 3 799 livres sterling, soit 2,9 millions FCFA la tonne, un record depuis 1989, soit 35 ans.

Voir aussi - Le cours du cacao atteint son plus haut niveau sur 4 décennies à la Bourse de New York

La raison de ces hausses historiques des cours de cette matière première utilisée dans la fabrication de chocolat demeure la même, à savoir les mauvaises conditions météorologiques en Afrique de l'Ouest, le bassin de la production mondiale de la production cacaoyères avec environ 70% de l'offre.

Pour la principale saison cacaoyère qui a démarré depuis le 1er octobre 2023, seulement 951 710 tonnes ont été acheminées vers les deux ports ivoiriens (Abidjan et San Pedro), ce qui équivaut à un déficit d'environ 37 % comparée à la précédente saison. Une seconde raison est celle liée au vieillissement des vergers, ainsi que l'effet du Swollen Shoot, maladie du cacao, sur la productivité.

Voir aussi - Côte d'Ivoire : Des prix d'achat de 1 000 FCFA/kg pour le cacao et 900 FCFA/kg pour le café

Il faut toutefois signaler que cette envolée spectaculaire des prix du cacao n'est pas encore profitable aux planteurs. En Côte d'Ivoire un prix d'achat est fixé en début de campagne applicable sur la principale saison cacaoyère d'octobre à mars. Une éventuelle hausse des prix pourrait intervenir sur la petite saison qui démarre en avril pour s'achever en septembre.  

A 1 000 FCFA le kilogramme, les producteurs ivoiriens touchent que 1 million FCFA (environ 1 600 dollars) la tonne contre 1,08 million FCFA (environ 1 800 dollars) pour les Ghanéens. Seuls dans les marchés libéralisés, principalement le Brésil, l'Equateur, le Nigeria et le Cameroun, les paysans profitent directement de cette envolée remarquable des prix.  

Narcisse Angan

Publié le 26/01/24 11:20

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

UkpG8oY3yV2Cty7uZqMFTm0R51o2fmXQGnFTY6xKBgw False