Les maires francophones débattent des grands enjeux de développement des communautés urbaines

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ouvre dans 10h29min

Face aux grands enjeux auxquels l'humanité est confrontée, les maires francophones qui sont souvent le premier palier de contacts entre les populations et les décideurs politiques, veulent bien avoir leurs mots à dire. Ces 27, 28 et 29 avril derniers, l'AIMF, l'Association internationale des Maires francophones (en partenariat avec Impact Diaspora), a battu le rappel de ses membres pour un conclave autour des grandes problématiques de l'heure :  Transition numérique et environnementale, développement urbain, démocratie, solidarité, diaspora, … 

Ce sont au total environ 200 participants et 25 maires de capitales et métropoles d'Afrique, d'Amérique, d'Asie et d'Europe (Abidjan, Dakar, Kinshasa, Rabat, Genève, Montréal, …) qui ont été accueillis par la maire de Paris Anne Hidalgo pour ces assises. 

Sur la question de la défense de la démocratie, la rencontre a permis de débattre sur la menace que représentent les discours de haine et la désinformation, deux leviers perturbateurs de la paix sociale et du vivre ensemble, qui tendent à prendre de l'ampleur. Il a été donc convenu d'œuvrer à mieux défendre les valeurs de liberté et de démocratie portées par l'AIMF, en recourant à une approche participative associant la société civile, les intellectuels, les journalistes afin d'apporter des réponses adéquates. 

La rencontre qui est une occasion de partage d'expérience au-delà des disparités notamment économiques entre les municipalités avec l'ambition de tirer vers le haut l'ensemble des membres de la communauté. Il a été ainsi question de gestion durable des viles avec le besoin de décarboner les centres urbains en promouvant notamment les initiatives à petite échelle qui, l'une associée à l'autre, aura l'impact tant recherché sur les sociétés. 

Le développement des villes, notamment celles du Sud, passe également par l'implication des diasporas qui peuvent aussi contribuer à leur dynamique économique. En effet, si plus de 100 milliards de dollars ont été transférés vers l'Afrique en 2022, il est admis que seuls 3 à 10% de ces fonds sont orientés vers des investissements productifs. Une part qui pourrait être plus importants si un rapport de confiance et plus constructif était établi avec ces diasporas qui restent bien souvent en attente de prendre des initiatives de développement local dans la région. 

N'empêche, des initiatives sont bien engagées notamment dans le développement du numérique où par exemple Douglas MBIANDOU, Président fondateur de " 10000 codeurs ", forme des milliers de jeunes africains dans le domaine afin d'aider à leur insertion professionnelle. 

1,2 million d'euros de subventions à 10 projets portés par ses villes membres 

Réuni le 28 avril à l'Hôtel de Ville de Paris, le Bureau de l'Association Internationale des Maires Francophones a voté 1,2 million d'euros de subventions à 10 projets portés par ses villes membres (4 nouveaux projets et 6 suites de projets). Ces subventions participent à un investissement global sur les territoires de 9,2 millions d'euros grâce à la mobilisation des villes bénéficiaires et des partenaires. 

Au total, ce sont plus de 4 millions d'habitants des villes francophones qui seront impactés par ces actions mises en œuvre par les villes du Bénin, du Burkina Faso, du Cambodge, du Cameroun, du Laos, de Maurice et de Mauritanie. 

Le programme d'investissement met l'accent sur le développement durable des territoires, et en particulier sur des mesures d'adaptation aux effets du changement climatique. Il permettra de répondre très concrètement aux enjeux d'accès à l'eau et à l'assainissement dans les villes à forte croissance en Afrique et en Asie (notamment Dschang au Cameroun et la région de Nouakchott). 

Il permettra aussi d'appuyer des projets d'envergure dans le domaine de l'électrification solaire photovoltaïque au Cameroun, au Bénin et à Maurice. 

En outre, d'autres projets seront appuyés tels le projet de la ceinture verte de la ville de Ouagadougou, le projet pilote d'aménagement forestier urbain de Ngaoundéré ‘Cameroun) ou encore projet de Pôle Numérique de Cotonou.

 De manière transversale, l'ensemble du programme contribue à la promotion de l'égalité femmes-hommes, cet aspect étant intégré dans la conception et le suivi des projets conformément à la stratégie de l'AIMF.

Jean Mermoz Konandi

Publié le 24/05/23 17:00

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

qQ4NRwznfG8O1kmXt27cVhdLnh7UuBvnPRtqA58pCPo False