Mali : 60 millions de dollars de la Banque mondiale pour sauver le secteur de l’énergie

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ouvre dans 23h56min

La crise qui perdure à présent dans le secteur énergétique malienne avec son corollaire de coupures récurrentes de l'électricité suscitant de nombreux désagréments tant sur l'économie du pays qu'à l'endroit des populations ne laisse les autorités indifférentes qui multiplient les initiatives, afin de venir à bout de cette équation.

Après avoir obtenu la semaine dernière la fourniture de 150 millions de litres de carburant d'une valeur de 49,2 milliards FCFA (75 millions d'euros) auprès du Niger voisin, son allié au sein de l'AES, Alliance des Etats du sahel, destinés à alimenter les centrales électriques, le Mali vient de décrocher une approbation de la Banque mondiale portant sur un décaissement de 60 millions de dollars, soit 37 milliards FCFA, pour l'amélioration de la fourniture de l'électricité.

Voir aussi - Mali/crise énergétique : Le Niger va livrer 150 millions de litres de carburant

L'information émane d'une note gouvernementale malienne publiée ce 21 avril, dans laquelle Alousséni SANOU, ministre malien en charge de l'Économie et des Finances souligne que c'était au cours des réunions du Printemps 2024 du FMI et du Groupe de la Banque mondiale tenues du 15 au 20 Avril 2024 à Washington, aux Etats-Unis, qu'il a conclu cet accord avec un haut représentant de la Banque mondiale.

‘' (..) Dans le cadre de l'amélioration de la fourniture d'énergie, ils sont d'accord pour mettre à la disposition du Mali 60 millions de dollars immédiatement pour permettre à Energie du Mali SA, (EDM, Ndlr) de faire face aux achats de carburants ou d'énergie à partir des pays de l'Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS) et également de nous accompagner dans le cadre d'autres projets sur la réalisation d'infrastructures photovoltaïques pour charger le mix énergétique'', a-t-il déclaré.

Par ailleurs, le ministre Alousséni SANOU a relancé la Banque mondiale sur la question du financement partiel de la route Sevaré-GAO (RN-16), et d'autres secteurs d'activités ont fait l'objet de discussions notamment l'agriculture et le secteur privé qui demeurent des priorités. Il a en outre eu une rencontre avec le directeur-adjoint du FMI et le directeur Afrique, où les échanges ont essentiellement porté sur l'octroi d'une Facilité de crédit rapide (FCR) au Mali.

‘'Avec le FMI nous avons décidé de la mise en place d'une FCR qui va s'évaluer entre 90 à 100 millions de dollars et va permettre à l'Etat du Mali de faire face aux dépenses nécessaires pour le retour de l'Etat dans le Centre et dans le Nord pour la reconstruction des écoles, des centres de santé, les kits alimentaires et d'urgence pour les familles de retour'', a-t-il expliqué. Une mission de travail du FMI séjourne à présent dans le pays, et ce jusqu'au 26 avril prochain pour approfondir les discussions.

Narcisse Angan

Publié le 23/04/24 10:53

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

UkpG8oY3yV2Cty7uZqMFTm0R51o2fmXQGnFTY6xKBgw False