sikafinance, bourse afrique de l'ouest
se connecter
CONNEXION

BRVM : BOA Mali confirme son rebond avec un bénéfice de 3 milliards FCFA au 1er semestre 2020

ML0000000520 - BOAM
La BRVM ouvre dans 15h33min

Les actionnaires de Bank Of Africa Mali peuvent déjà se sentir soulager et oublier la lourde perte de 7 milliards FCFA qui avait marqué l'exercice 2019. Après un retour au bénéfice au premier trimestre (1,2 milliard FCFA, en baisse annuelle de 26%), la banque a réussi à se maintenir dans la même dynamique sur le premier semestre avec un résultat net de 3,08 milliards FCFA, en progression de 134% comparé au premier semestre 2019.

De premier abord, en consultant le rapport d'activité que vient de publier l'établissement, l'on note une forte amélioration du coût du risque qui a baissé de moitié (-59%) à 5 milliards FCFA alors qu'il était encore de 12,6 milliards FCFA au premier semestre 2019. Rappelons qu'à fin juin 2019, BOA Mali avait dû comptabiliser une importante provision qui avait fait virer ses comptes au rouge avec un résultat net de - 9 milliards FCFA suite à des difficultés rencontrées par de gros clients, ce qui avait suffi à plomber ses réalisations annuelles.

Retrouver toute l'actualité de BOA Mali, ses résultats financiers ainsi que l'évolution du cours à la BRVM via les liens en couleur.

Au niveau de l'activité, le produit net bancaire (PNB) a augmenté de 9% à 15,8 milliards FCFA traduisant une bonne résilience dans un contexte politique tendu. Sous l'effet d'une bonne maîtrise des charges, les frais généraux ayant baissé de 1,2 milliard FCFA à 9,8 milliards FCFA, le résultat d'exploitation a bondi de 68% à 6,08 milliards FCFA. Et au final, le semestre a pu profiter d'une reprise de provision de 7,5 milliards FCFA.

La banque souligne par ailleurs que les dépôts ont progressé de 14% pour passer le seuil des 400 milliards FCFA quand les crédits nets sont restés stables pour leur part.

Toutefois, BOA Mali n'est pas encore sorti de l'ornière. Dans un Mali en crise institutionnelle confronté à un embargo, l'Etat est privé des opérations d'emprunts sur les marchés financier et monétaire, une opportunité de moins pour la banque de faire du profit. Et avec la crise économique qui se profile dans le pays, le contexte semble donc moins bien favorable au final.

Voir le détail de la publication sur le lien. 

Jean Mermoz Konandi

Publié le 05/10/20 11:35

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.