Côte d’Ivoire/Ghana : Le cartel du cacao tient sa première réunion de haut niveau

ABC000000094 - ABCCA
La bourse Ouvre dans 12h46min

Après avoir réussi le tour de force de faire adopter le DRD, le différentiel de revenu décent, qui impose une prime de 400 dollars sur la tonne de cacao, la Côte d'Ivoire et le Ghana passent à une nouvelle étape avec la formalisation de leur organisation commune dédiée à la défense de leur intérêt dans la filière.

" Initiative Cacao Côte d'Ivoire - Ghana " a ainsi tenu la première réunion de son Comité de pilotage, son organe suprême, ce 21 juin à Abidjan. Une rencontre qui a été marquée par la finalisation de sa charte ainsi que la nomination et la prestation de serment de ses premiers responsables. La présidente tournante de l'instance, dont le siège est implanté à Accra, a été confiée à Owosu Afriyie AKOTO, ministre ghanéen de l'Alimentation et de l'Agriculture, alors que l'Ivoirien Alex Pierre ASSANVO en a été désignée secrétaire exécutif.

" Le DRD ne mourra pas "

La rencontre a été l'occasion pour les deux premiers producteurs mondiaux de fèves de se féliciter à nouveau de ce partenariat dont le premier résultat concret a été l'instauration du DRD dont ils restent attachés. Une prime dont la mise en œuvre s'avère laborieuse eu égard à ce qui peut être qualifié de tentatives répétées de boycott de la part de certaines firmes internationales.

D g à d: Alex Pierre ASSANVO, secrétaire exécutif et Owosu Afriyie AKOTO, président du comité de pilotage de Initiative Cacao Côte d'Ivoire - Ghana.

" (…) force est de noter que beaucoup restent à faire pour consolider ces acquis et parvenir à l'adoption du Différentiel de Revenu Décent des producteurs, qui est un outil capital pour l'amélioration des conditions de vie de nos producteurs de cacao " a indiqué Kobenan Kouassi ADJOUMANI, le ministre ivoirien de l'Agriculture, pour rappeler les difficultés dans sa mise en œuvre.

Voir aussi – Côte d'Ivoire : ‘'L'indécent bras de fer'' des multinationales du cacao

" Le DRD ne mourra pas ! ", s'est voulu résolu Alex ASSANVO. " C'est un espoir pour nos paysans (…). Nous n'abandonnerons pas nos cacaoculteurs que nous sommes engagés à faire sortir de la pauvreté " a insisté ce spécialiste de l'industrie cacaoyère, qui a fait ses armes chez les géants mondiaux du cacao Modelez et Mars.

60 millions d'arbres à planter

Outre la promotion des conditions de vie des planteurs et la mise en place d'une politique commune du cacao, la question de la durabilité est l'autre sujet majeur de Initiative Cacao Côte d'Ivoire -Ghana. Ainsi, les deux pays se sont appropriés la norme internationale " ISO 34101-4 sur le cacao durable et traçable " et ont, avec l'appui de l'Organisation Africaine de Normalisation (ARSO), instauré une nouvelle norme dite " Norme africaine pour le cacao durable série ARS 1000 ".

" Cette norme vise la production de cacao durable sur la base des trois piliers de la durabilité, que sont : la dimension économique, la dimension sociale et la dimension environnementale " a fait savoir le ministre ivoirien qui a dit l'engagement de son pays à s'y conformer. Dans cette perspective, Abidjan qui a finalisé le recensement de ses producteurs et de ses plantations pour répondre aux exigences de traçabilité, annonce un programme de plantation de 60 millions d'arbres sur 5 ans, d'ici 2025. Un programme qui sera bientôt lancé avec la plantation de 10 millions d'arbres de 12 essences dès cette année.

Jean Mermoz Konandi

Publié le 22/06/21 17:01

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

0JImG9RBFqkuj1G1wUqsScjFW9cx2R-eAkp34ldy6Vs False