Edoh Kossi AMENOUNVE, DG de la BRVM : ‘’Les introductions en bourse sont importantes pour offrir des opportunités de rentabilité de l’épargne aux populations’’

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ouvre dans 5h2min

Dr Edoh Kossi AMENOUNVE, directeur général de la BRVM : 

Les introductions en bourse sont importantes pour offrir des opportunités de rentabilité de l'épargne aux populations. 

 

La BRVM a achevé l'année 2022 en ‘'mode résilience'' avec des signaux dans le vert dans un environnement économique international instable, balloté par la volatilité des cours des produits de base et la hausse des taux. 2022, c'est aussi, l'IPO d'Orange Côte d'Ivoire qui est venu démontrer à nouveau l'attrait populaire que peut susciter le marché régional. 

Dr Edoh Kossi AMENOUNVE, le directeur général de la BRVM revient sur les évènements qui auront marqué 2022 et aborde des sujets importants tels l'interconnexion des bourses africaines, le compartiment dédié aux PME ou encore le développement de nouveaux produits pour le marché. Interview.

La BRVM a terminé l'année 2022 en légère hausse dans un climat d'incertitude sur l'économie mondiale avec la crise en Ukraine qui a lourdement pesé sur les performances des principales bourses. Quelle est votre lecture de ce contexte international et quel bilan pouvez-vous faire de l'évolution de la BRVM en 2022 ?

A l'entame de l'année 2023, l'économie mondiale se situe encore dans une spirale négative avec l'invasion de l'Ukraine par la Russie entrainant la persistance de l'inflation, le durcissement des conditions financières caractérisé par des hausses sans précédent des taux directeurs de la plupart des Banques Centrales à travers le monde.

Le secteur bancaire n'a pas non plus été épargné. En effet, la faillite de la banque américaine Silicon Valley Bank (SVB) entraîna dans son sillage la fermeture de deux autres banques et une correction des valeurs bancaires, d'abord à Wall Street, puis par contagion sur tous les grands marchés boursiers. Cette vague de contagion a traversé l'Atlantique et a atteint le Crédit Suisse, une des 30 banques systémiques dans le monde (too big to fall). Racheté in extrémis par UBS.

La gravité des perturbations des chaînes d'approvisionnement et des systèmes financiers pèse lourdement sur la stabilité macro-économique et la croissance, ce qui vient s'ajouter à un contexte déjà compliqué pour l'économie mondiale qui se remet à peine de la pandémie de la COVID-19.

Malgré ce contexte macroéconomique particulièrement difficile, la BRVM a enregistré une évolution positive de tous ses indicateurs.

Au 31 décembre 2022, la BRVM, c'est en effet, d'une part, une capitalisation boursière totale qui est passée de 13 332,46 milliards de FCFA au 31 décembre 2021 à 16 487,07 milliards de FCFA à fin décembre 2022, soit une hausse de 23,66 %.

La capitalisation boursière totale de la BRVM a progressé de près de 24% entre 2021 et 2022.

D'autre part, à fin 2022, l'on a enregistré une capitalisation boursière du marché des actions et droits qui s'est établie à 7 560,18 milliards de FCFA au 30 décembre 2022, soit une hausse de 24,23 % par rapport à son niveau de fin décembre 2021 (6 085,42 milliards de FCFA). Cette évolution significative est due à l'introduction en bourse de Orange Côte d'Ivoire avec une capitalisation de 1 431,23 milliards de FCFA, soit le 21ème IPO sur la BRVM depuis 1998, le 10ème IPO d'une entreprise ivoirienne et le 5ème et dernier IPO sur les bourses africaines en 2022.

Au niveau du compartiment des obligations, l'on a noté une capitalisation boursière qui, quant à elle, s'est élevée à 8 926,90 milliards de FCFA contre 7 247,04 milliards de FCFA au 31 décembre 2021, soit une hausse de 23,18 %. Cette hausse est liée notamment à l'admission de 19 lignes obligataires pour un montant de 2 469,06 milliards de FCFA. 

L'arrivée d'Orange Côte d'Ivoire à la cote a été le principal centre d'attraction des investisseurs sur cette fin d'année 2022, voire sur ce début 2023. Quels sont les enseignements que vous tirez d'une telle opération ? A-t-elle attiré de nouveaux investisseurs sur le marché ? Comment encourager ce type d'opérations ?

Pour une bourse, il n'y a pas d'évènements plus heureux que la cotation d'une nouvelle entreprise surtout dans un contexte où ce type d'opérations se fait de plus en plus rare. C'est donc avec joie que la BRVM a accueilli à sa cote le titre Orange Côte d'Ivoire.

Cette introduction traduit également, à mon sens, l'engagement de l'Etat ivoirien à faire profiter aux populations locales du fruit de la richesse créée par des entreprises qui contribuent fortement à la formation du PIB du pays. Il faut savoir qu'une bourse est un excellent outil permettant d'atteindre simultanément plusieurs objectifs, qu'ils soient d'ordre politique ou économique. 

En ce qui concernent les investisseurs, on observe que l'appétit pour les introductions en bourse des entreprises publiques se confirme, en témoigne, la clôture par anticipation moins de 72 heures après l'ouverture de l'opération, de la période de souscription des actions prévue pour deux (2) semaines avec la participation de plusieurs milliers d'investisseurs particuliers à travers la sous-région.

Le succès de l'opération d'entrée à la BRVM d'Orange Côte d'Ivoire m'emmène à rappeler l'importance des introductions en bourse pour offrir des opportunités de rentabilité de l'épargne aux populations. 

Ce constat m'emmène à rappeler l'importance des introductions en bourse pour offrir des opportunités de rentabilité de l'épargne aux populations. En 2022, l'Afrique n'a enregistré que 5 IPOs. Ce n'est pas assez mais je reste persuadé qu'il est indispensable de renforcer la collaboration entre les Etats de l'Union et la BRVM afin de multiplier ce type d'opérations. 

La BRVM se prépare à accueillir au cours des tous prochains mois une PME à son troisième compartiment (dédié aux PME), 5 ans après son lancement. Vous avez lancé en 2018 le programme BRVM Elite Lounge pour justement préparer ces dernières à intégrer la cote, et une première cohorte de 14 PME a achevé le programme en octobre 2022. Peut-on espérer voir certaines frapper à la porte de la BRVM au moins cette année ?

Il est vrai qu'un certain nombre d'introductions se profilent à l'horizon dans les prochains mois et la BRVM se réjouit déjà de l'intérêt porté par de potentiels émetteurs pour son marché, en particulier pour son Troisième Compartiment.

Si de plus en plus d'entreprises parviennent à considérer la BRVM comme solution à leurs besoins en financement à long terme, ce sera bénéfique pour le développement du marché financier régional.

Le Programme ELITE BRVM Lounge, notre programme de renforcement de capacités, lancé depuis 2018 pour préparer les PME à s'introduire à la cote, est un accélérateur des introductions en bourse.

La certification ELITE vise à attester auprès de la communauté financière que l'entreprise est prête à entamer sa phase de recherche de financement sur le marché des capitaux.

La certification ELITE vise à attester auprès de la communauté financière que l'entreprise est prête à entamer sa phase de recherche de financement sur le marché des capitaux.

C'est un processus long mais nécessaire pour rassurer les investisseurs et faire du Troisième Compartiment de la BRVM un lieu d'accueil d'entreprise structurées, performantes qui constituent les champions nationaux qui transforment les économies. 

Voir aussi - BRVM Elite Lounge : 14 PME reçoivent leur certification

L'une des grandes attentes du marché est de voir arriver de nouveaux produits financiers, notamment des produits dérivés ; un sujet qui est à l'étude au niveau de la BRVM. Où en êtes-vous à ce niveau et à quel horizon pourrait-on voir arriver les premiers produits ?

La diversification de l'offre de produits est au cœur des réflexions de la BRVM pour le développement du marché financier régional. Face à l'urgence d'améliorer le financement des économies de l'Union en lien avec les enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) et de gestion des risques, de nouveaux instruments tels que les produits dérivés, les basket-bonds, les mini-bonds sont indispensables. Ces produits sont prévus à l'horizon 2024 -2025.

La diversification de l'offre de produits est au cœur des réflexions de la BRVM pour le développement du marché financier régional.

Le lancement des fonds indiciels (ETF) fait partie également des projets sur lesquels la BRVM travaille, au regard de l'intérêt grandissant de cet instrument au niveau mondial. En Afrique, à l'exception de l'Afrique du Sud où il y a un véritable marché, les ETFs ne sont proposés que par quelques autres bourses.

Une bourse a besoin de nouveaux produits et services pour son approfondissement et son développement. 

De nouveaux indices ont été introduits en début d'année à la BRVM afin de renforcer son dynamisme. Quels sont les premiers retours que vous avez de la part du marché ?

La BRVM a entrepris une révision de son marché actions avec de nouveaux compartiments et indices entrés en vigueur depuis le début de l'année 2023. Cette démarche s'est faite en s'appuyant sur un benchmarking international, afin de permettre à la BRVM de se conformer aux standards internationaux.

La plupart des places boursières qui ont fait l'objet de notre benchmarking présentent à peu près la même configuration ; à savoir un premier compartiment destiné à l'élite des sociétés, un troisième compartiment destiné aux PME à fort potentiel de croissance, et entre les deux, un second segment regroupant les sociétés n'appartenant ni à l'un ni à l'autre.

C'est ainsi que, le marché actions de la BRVM est réorganisé en trois compartiments définis suivant de nouveaux critères plus représentatifs de l'évolution du marché, et prenant en compte le niveau de la capitalisation boursière, le flottant et le respect des obligations de diffusion d'informations financières ainsi que les exigences d'historique de comptes certifiés et de bénéfice net.

Les changements au nveau des indices viennent apporter davantage de lisibilité pour les investisseurs et les gestionnaires d'actifs.

La refonte des compartiments a induit le calcul de nouveaux indices en complément ou en remplacement de ceux existant déjà à la BRVM. Pour tenir compte de l'évolution du nombre de sociétés cotées et pour une meilleure diversification, le BRVM 10 a été remplacé par le BRVM 30 avec les mêmes mécanismes de composition et de révision.

Les nouveaux principaux indices du marché sont donc l'indice " BRVM Prestige " qui regroupe l'ensemble des valeurs inscrites sur le Compartiment Prestige, l'indice " BRVM 30 " qui regroupe les trente (30) valeurs les plus échangées sur un trimestre et qui vient remplacer l'indice BRVM 10. Cet indice est plus diversifié et tient compte de l'évolution de la liquidité du marché au cours des dernières années. Et enfin l'indice " BRVM Composite " qui regroupe l'ensemble des sociétés cotées à la BRVM tel qu'il existe déjà.

Ces changements introduits par la BRVM sur son marché actions viennent apporter davantage de lisibilité pour les investisseurs et les gestionnaires d'actifs. 

Il y a un projet qui reste attendu en Côte d'Ivoire et auquel la BRVM a activement participé : la Bourse des matières premières. Comment évolue ce projet innovant et où en est-on ? A-t-on une idée de la période de son lancement ?

Le Gouvernement Ivoirien a bien voulu solliciter en 2018 l'assistance technique de la BRVM en vue de la création et l'opérationnalisation de la Bourse des Matières Premières Agricoles de Côte d'Ivoire (BMPA – CI). Je voudrais profiter de la lucarne offerte pour traduire ma reconnaissance aux autorités ivoiriennes, notamment au ministère d'Etat, ministère de l'Agriculture et du Développement Rural pour cette marque de confiance et sa sollicitude à notre égard.

L'exécution de ce projet innovant et structurant, inscrit au chapitre des chantiers prioritaires du Programme National d'Investissement Agricole (PNIA 2018-2025), devrait avoir enregistré les premières opérations de négociation en juillet 2020. Certains évènements majeurs de l'actualité internationale et nationale dont la crise sanitaire à la COVID-19 ont certainement contribué à contrarier ce calendrier.

Nous espérons aboutir au démarrage de la phase pilote des premières opérations dans les meilleurs délais une fois que les diligence règlementaires, administratives et opérationnelles seront accomplies. 

L'AELP, le projet d'interconnexion des bourses africaines, est entré dans sa phase opérationnelle avec le lancement de la première transaction. La connaissance de l'ensemble des marchés concernés est une des clés pour donner corps à ce projet ? Comment adresser cette question qui reste centrale ?

L'intégration économique et financière en Afrique est un grand chantier dans lequel s'inscrit l'AELP. En effet, en facilitant les flux de capitaux et les investissements transfrontaliers, ce projet devra contribuer à la dynamisation des marchés de capitaux en ayant des effets bénéfiques pour les investisseurs, les émetteurs et le système financier.

Toutefois, le développement de l'AELP ne saurait se faire sans une bonne appropriation par les acteurs des sept bourses participantes dans la phase pilote, puis par la suite, l'ensemble des autres acteurs des bourses du continent.

Le développement de l'AELP ne saurait se faire sans une bonne appropriation par les acteurs des sept bourses participantes…

Beaucoup d'actions sont en cours d'exécution avec le soutien de la Banque Africaine de Développement (BAD) en termes de renforcement des capacités des professionnels du marché notamment les courtiers. Une plateforme internet dédiée également été mise place pour faciliter la diffusion d'informations portant sur les pratiques d'investissement transfrontalières et les règles d'investissement sur les marchés concernés : (www.africanexchangeslink.com).

Voir aussi - Les bourses africaines interconnectées via la plateforme Aelp Link

Maintenant, il faut l'adhésion de tous, des autorités politiques, des régulateurs, des opérateurs de marché, des investisseurs et des émetteurs pour que cette intégration boursière soit un véritable succès. C'est l'économie de notre continent, c'est l'Afrique nouvelle qui se dessine à travers ce type de projet.

Jean Mermoz Konandi

Publié le 03/05/23 17:37

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

1yYI1UvPGTwYv-HdC2QfnjgWtIbP1myg8SnwEE5pOvA False