sikafinance, bourse afrique de l'ouest
se connecter
CONNEXION

Interview/ Adama COULIBALY, ministre ivoirien de l’Economie et des Finances : ''La Côte d’Ivoire respectera tous ses engagements envers les investisseurs''

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM ouvre dans 18h0min

Adama COULIBALY, ministre ivoirien de l'Economie et des Finances :

Les investisseurs peuvent faire confiance à l'Etat de Côte d'Ivoire quant au respect de ses engagements.

Docteur en économie et anciennement enseignant-chercheur à l'université Felix Houphouët-Boigny d'Abidjan et au Centre Ivoirien de Recherches Economiques et Sociales (CIRES), Adama COULIBALY a exercé pendant plus d'une décennie au PNUD, une institution dont il a été directeur pays en charge notamment de la RD Congo. Nommé directeur de cabinet en 2014, puis ministre de l'Economie et des Finances en septembre 2019, il est l'un des artisans de la belle dynamique  qui a caractérisé  l'économie ivoirienne sur ces 5 dernières années.

Confrontée à la pandémie de la covid-19, la Côte d'Ivoire doit faire preuve de résilience en tentant de contenir les effets de la pandémie sur les plans à la fois économique, social et sanitaire, mais également éviter les dérapages budgétaires du fait de ses nouvelles contraintes financières.

Plan de riposte, investissements, eurobond, endettement, rapport avec les créanciers publics et surtout privés, etc., Adama COULIBALY explique comment la Côte d'Ivoire fait face à la crise pandémique mondiale.

NB: L'interview a été réalisée début juillet dernier

La crise de la Covid-19 qui ébranle la planète affecte gravement l'économie mondiale et plus encore celle des pays en développement. Au niveau de la Côte d'Ivoire, quelles sont les premières incidences sur l'économie ?

Comme vous l'avez indiqué, le monde est confronté depuis le début de l'année 2020 à une grave crise sanitaire et économique, liée à la pandémie du nouveau coronavirus baptisé Covid-19. A la date du 30 juin 2020, la barre de 10 millions de cas confirmés a été atteinte et l'on dénombre plus de 500 mille morts.

Les mesures d'endiguement mises en œuvre par les Etats dans le cadre de la lutte contre cette pandémie impactent négativement l'activité économique et perturbent les chaînes d'approvisionnement ainsi que les équilibres internes et externes. Dans ce contexte, selon les prévisions publiées le 14 avril 2020 par le Fonds Monétaire International, l'économie mondiale devrait connaître une contraction de 3,0% après une hausse de 2,9% en 2019. Cette récession proviendrait aussi bien des pays avancés que des économies émergentes et en développement.

S'agissant de la Côte d'Ivoire, comme l'a annoncé monsieur le Premier ministre à l'occasion de la présentation du plan de soutien économique, social et humanitaire du gouvernement pour contrer les effets de la Covid-19, sur une hypothèse optimiste de la fin de la pandémie au premier semestre 2020 et d'une reprise rapide de l'activité économique à partir de juillet 2020, le taux de croissance serait de 3,6% en 2020 contre 7,2% initialement prévu. 

Les incidences de la crise sanitaire sont perceptibles sur de nombreux secteurs clés de notre économie ...

Les incidences de la crise sanitaire sont perceptibles sur de nombreux secteurs clés de notre économie, notamment les BTP, le tourisme, le commerce, l'hôtellerie, la restauration et les transports.

En effet, le secteur primaire fait face à des difficultés de commercialisation de certains produits d'exportation, notamment l'anacarde, l'hévéa, le palmier à huile et les produits vivriers.

Au niveau du secteur secondaire, l'activité de raffinage subit fortement la baisse de la demande aussi bien internationale que nationale.

Quant au secteur tertiaire, il est aussi fortement impacté. Les statistiques à fin mars 2020 montrent que l'indice du chiffre d'affaires du commerce de détail a certes progressé de 2,9% sous l'effet de la constitution de stocks de provisions par les ménages, mais, les activités du transport ont été en berne. Les passagers commerciaux dans le secteur aérien (-15,1%), le trafic de marchandises dans le maritime (-6,0%) et le ferroviaire (-8,5%) se sont contractés. En outre, les secteurs de l'hébergement, de la restauration et des loisirs ont été sinistrés.

 

Comment est-ce qu'on essaie de faire face, au niveau d'un Etat comme la Côte d'Ivoire, quand on est confronté à une crise d'une telle ampleur ?

Face à cette crise sanitaire, les premières actions du gouvernement visaient à freiner la propagation du virus et à limiter son impact sanitaire. A ce titre, le gouvernement a élaboré un plan de riposte sanitaire d'un montant de 95,9 milliards FCFA qui vise principalement à assurer le renforcement des systèmes de soins de santé, l'accroissement des centres de dépistage et de prise en charge aussi bien au niveau du Grand Abidjan qu'à l'intérieur du pays.

Ensuite, en vue d'atténuer les conséquences économiques et sociales de la pandémie et impulser une reprise rapide après la pandémie, le gouvernement a élaboré un " Plan de soutien économique, social et humanitaire " de 1 700,99 milliards de FCFA soit environ 5% du Produit Intérieur Brut (PIB), qui prend en compte les principaux besoins des populations affectées par la crise ainsi que ceux des acteurs du secteur privé et des organisations professionnelles. 

Plusieurs fonds ont été mis en place par le gouvernement pour soutenir le secteur privé.

Ainsi, au titre des mesures économiques, plusieurs fonds ont été mis en place par le gouvernement ...

 

Merci de retrouver les 3/4 restants de l'interview dans la dernière édition de notre magazine " Marché Financier : Bilan et Perspectives " qui vient de paraître. Cliquer sur l'image en dessous pour le téléchargement (gratuit).

 

Bonne lecture et merci de nous suivre au quotidien sur www.sikafinance.com

Jean Mermoz Konandi

Publié le 15/09/20 10:22

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE
Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.