Jean Kacou BLIN, président de l’AASCOT-BRVM, l’association des actionnaires des sociétés cotées : ''Nos portefeuilles ne font que prendre de la valeur ...''

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ouvre dans 31h45min

Jean Kacou BLIN, président de l'AASCOT-BRVM, l'association des actionnaires des sociétés cotées :

Nos portefeuilles ne font que prendre de la valeur et nous en sommes heureux

Porte-voix des investisseurs particuliers à la BRVM, l'AASCOT-BRVM a traversé, à l'image du marché, 5 années éprouvantes. Mais le vent est en train de tourner… 

Jean Kacou BLIN, président de l'association depuis 2019, revient sur ces années de braise et partage les grandes attentes des petits porteurs, une catégorie d'investisseurs qu'il va bien falloir remobiliser.

 

L'AASCOT-BRVM est le porte-voix des Investisseurs de notre marché. Présentez votre organisation avec ses missions ?

Notre association l'AASCOT-BRVM qui est l'association des actionnaires des sociétés cotées à la Bourse des Valeurs mobilières est aussi l'association des Petits Porteurs. Elle a été créée le 17 mars 2001 sous l'instigation de M. Paul Émile DIEUDONNÉ et certains de nos pères fondateurs. Elle a vu le jour grâce à 17 Petits Porteurs qui ont constaté des dysfonctionnements sur le marché financier, lesquels dysfonctionnements mettaient à mal leurs investissements.

L'AASCOT-BRVM travaille en étroite collaboration avec les autorités du marché, à savoir la BRVM et le CREPMF.

L'AASCOT-BRVM collabore également avec le comité national de privatisation, l'association professionnelle des sociétés des Gestions d'intermédiation (APSGI) et le Club des Sociétés cotées (CSC).

Nous avons trois missions à savoir la défense des intérêts des membres et leur formation et la vulgarisation de la culture boursière. Pour ce faire, nous avons créé des AASCOT locaux dans notre zone : Bénin, Burkina Faso, Mali (en cours), Niger, Sénégal et Togo.

 

On imagine que les investisseurs particuliers, notamment les petits porteurs, ont dû être durement éprouvé par les 5 années de baisse. Comment ont-ils vécu ce passage à vide ? Et quel est leur état d'esprit actuellement ? 

Les investisseurs particuliers et notre association ont été durement éprouvés par les 5 années de baisse car le tableau était sombre vu que le cours moyen au niveau des actions était plus élevé que le cours de la cotation. Nous avions des moins-values sur toutes les lignes. Quand on vendait, on vendait à perte. C'était une situation difficile et cela a duré pendant 5 années. Il était difficile de faire venir des gens dans ces conditions pour les convaincre d'investir. Il fallait trouver des revenus additionnels pour survivre pour ceux qui étaient accros à la bourse. Autrement, il fallait tout vendre et quitter la bourse.

Nous avions des moins-values sur toutes les lignes. Quand on vendait, on vendait à perte.

En ce moment où les cours s'apprécient, nous ne pouvons qu'être heureux. C'est l'occasion d'inviter des amis, des connaissances à venir investir en bourse. Nous qui lisons SIKA FINANCE, nous avons été informés par votre magasine qu'il y aurait une remontée des cours à 2020 mais malheureusement la Covid-19 était passée par là, néanmoins beaucoup de sociétés ont distribué des dividendes. Mais 2021 semble être la bonne. 

 

Cette situation a-t-elle remis en cause leur volonté d'investir en bourse ? 

Cette situation a bien remis en cause la volonté d'investir de beaucoup car quelle que soit la position qu'on prenait sur le marché, on perdait pratiquement de l'argent. Les cours ne faisaient que se dégrader et finalement on ne savait plus à quel saint se vouer. Il était très difficile d'aller faire l'apologie de la bourse auprès des nouvelles personnes. 

  

Le marché est manifestement bien parti pour s'inscrire en hausse cette année. Vos membres perçoivent-ils déjà les signes d'une telle perspective et sont-ils optimistes pour l'avenir ?

Le marché est manifestement bien parti pour s'inscrire en hausse cette année et, nous l'espérons, sur les années à venir car il n'y a plus de bulle autour des actions et les deux indicateurs du marché ; le BRVM 10 et le BRVM Composite sont en constante augmentation. Nos portefeuilles ne font que prendre de la valeur, et nous en sommes heureux. Nous souhaitons que cette dynamique se poursuive.

Nos portefeuilles ne font que prendre de la valeur et nous en sommes heureux.

Quelles sont aujourd'hui les grandes attentes de vos membres par rapport au marché et à son fonctionnement ? Avez-vous des idées pour aider à renforcer son dynamisme ? 

Nous estimons qu'une bourse peut être en baisse mais pas de cette façon-là ! La disette a tout de même duré pendant 5 bonnes années et imaginez jusqu'à quel point cela a été pénible pour les petits porteurs. Cela pose de façon inéluctable la question du fonds de garantie des épargnants. La bourse peut s'inscrire en baisse, cela se comprend, mais pas pendant 5 ans ! Alors que curieusement, les sociétés continuaient à faire des résultats et distribuer des dividendes.

Cette baisse a fait sortir beaucoup de particuliers de la bourse.

Nos attentes sont nombreuses. Nous estimons qu'il faut mettre en place un fonds de garantie pour les petits épargnants afin qu'ils subissent moins les chocs. Il faut que la bourse en ligne soit effective pour toutes les SGI et surtout qu'elle le soit à des conditions accessibles à tous avec une révision à la baisse des fonds exigés pour l'ouverture d'un compte-titre. 

Il faut que la bourse en ligne soit effective pour toutes les SGI et surtout qu'elle le soit à des conditions accessibles à tous …

En outre, pour les assemblées générales ordinaires, il faut que la documentation soit mise à disposition à temps et que ces assemblées ne tiennent tous à la fois le même jour, aux mêmes heures.

Enfin, nous estimons que la mise en place du troisième compartiment dédié aux PME contribuera à animer le marché et surtout que l'ensemble des Etats s'investissent pour faire venir des sociétés à la cote. Cela va contribuer à créer plus d'engouement. 

Dans le cas de la Côte d'Ivoire, nous attendons vivement l'entrée de Orange Côte d'Ivoire à la BRVM. 

 

Votre organisation a pour vocation d'être l'un des principaux piliers de la vulgarisation de la culture boursière dans nos Etats, une culture qui est encore à un stade embryonnaire. Comment selon vous intéresser davantage nos populations à l'investissement en bourse ?

La bourse mérite d'être à la portée de tous et pour ce faire, il faut une communication qui soit efficace. 

Il faut communiquer davantage pour que les populations des pays francophones de l'Afrique de l'Ouest se sentent concernés ...

 

Merci de retrouver la suite de cette interview dans la dernière édition de notre trimestriel Sika Finance qui vient de paraître. Cliquer sur l'image en dessous pour le téléchargement (gratuit) de la version numérique.

 

 

Jean Mermoz Konandi

Publié le 09/03/22 18:08

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

FrsScoYKMNL9w9sZsF0oZdXG_abXiVncriyAmWpYNFM False