Le Congo obtient l’accord final du FMI pour un décaissement de 43 millions USD

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ouvre dans 10h35min

Le conseil d'administration du Fonds monétaire International (FMI) a marqué son feu vert pour un décaissement de ressources équivalentes à 43 millions USD (environ 26 milliards FCFA) en faveur de la République du Congo, a indiqué l'institution de Bretton Woods dans un communiqué publié le 29 mai dernier. Approuvant la 5e revue du programme triennal, le Fonds a exprimé sa satisfaction concernant l'évolution de la gouvernance économique de ce pays d'Afrique centrale.

"Les résultats du programme soutenu par le FMI ont été globalement satisfaisants, la plupart des objectifs quantitatifs et indicatifs étant atteints. La situation budgétaire s'est améliorée en 2023, reflétant la sous-exécution des dépenses publiques et les économies réalisées grâce à la réforme des subventions aux carburants", a déclaré Roland Kpodar, à la tête de la délégation du FMI.

En clair, Brazzaville marque des points positifs notamment grâce à la réforme amorcée sur les subventions aux carburants qui ont permis au gouvernement de réaliser des économies budgétaires. Résultat des courses, la croissance devrait se renforcer pour atteindre 2,8 % en 2024 (venant de 2% en 2023) et maintenir sa dynamique à moyen terme, principalement tirée par le secteur non pétrolier. Pondéré à 4,3 % en 2023, le niveau d'inflation devrait progressivement diminuer sur le moyen terme pour se situer en dessous de la barre de 3%.

Cependant, le gouvernement reste aux prises avec la gestion de son endettement qui a franchi la barre de 100% du PIB à fin 2023 tiré notamment par une forte accumulation des arriérés intérieurs qui représentent près du tiers du stock de la dette en monnaie locale, selon les données de la Caisse Congolaise d'Amortissement (CCA). "Malgré des progrès significatifs réalisés, des retards persistent dans la réorganisation du bureau de gestion de la dette", relève le FMI.

L'équipe du fonds a surtout exhorté les autorités à intensifier leurs efforts pour préserver la viabilité des finances publiques, soutenir les dépenses sociales, renforcer la gouvernance et la gestion de la dette, "tout en jetant les bases d'une croissance plus forte et plus inclusive".

Cédrick JIONGO

La Rédaction

Publié le 31/05/24 17:52

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

mpxuNICirSbRPgjejKUGNaJgV4bX-w8uMGFge1OXt90 False