Can, électricité, production locale, coût de la vie… : Ce qu’Alassane Ouattara attend de son gouvernement en 2024

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ouvre dans 19h52min

"Il nous faut poursuivre nos efforts dans les secteurs sociaux, notamment pour l'amélioration continue de l'accès à l'éducation, à la santé et à l'électricité… gouverner, c'est prévoir et assumer." C'est avec cette déclaration que le Président de la Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara, a inauguré le premier conseil des ministres de l'année, établissant ainsi les grandes lignes pour son gouvernement en 2024, année charnière pour l'Etat ivoirien.

Dans un contexte marqué par des défis économiques et sociaux majeurs, le Président Ouattara a souligné l'importance de s'attaquer de front à la question de l'approvisionnement en électricité. Avec une nouvelle hausse de 10% des tarifs électriques dès le 1er janvier 2024, le gouvernement cherche un équilibre entre la nécessité de maintenir une fourniture électrique de qualité et les défis financiers accentués par la crise Russo-Ukrainienne et la fluctuation du dollar :"Je comprends les préoccupations de nos concitoyens. Cependant, l'augmentation du prix de l'électricité était malheureusement une nécessité pour maintenir la quantité et la qualité de l'électricité produite dans notre pays."

En dépit de cette augmentation, la Côte d'Ivoire, sous la direction d'Alassane Ouattara, continue de se distinguer comme l'un des pays africains où le coût de l'électricité est parmi les plus bas dans la sous-région, a rappelé le leader ivoirien : "Nous devons être fiers de ce que nous avons accompli dans ce domaine, avec un taux de couverture à près de 90%".

Femmes, emploi de jeunes, coup de boost à la production locale…

En Côte d'Ivoire, le budget ivoirien pour 2024, en hausse de 17,3 % par rapport à l'année précédente, illustre l'ambition du gouvernement de stimuler une croissance économique solide, laquelle est estimée à 7%. Ce budget vise à répondre aux besoins essentiels en matière de développement des infrastructures, d'éducation, de santé, ainsi qu'à soutenir des secteurs clés comme l'agriculture et l'énergie. "Nos efforts doivent également intégrer l'accès à l'eau potable, le reprofilage des pistes rurales et l'accès à l'emploi ainsi que l'autonomisation des jeunes et des femmes," a-t-il déclaré.

Ainsi, face au défi crucial de la cherté de la vie, le président Ouattara a exhorté ses ministres à “accélérer l'élaboration et la mise en œuvre des projets visant à améliorer la production locale des principales denrées alimentaires” consommées dans le pays. Cette accélération marque une étape significative dans le renforcement des mesures prises au cours des deux dernières années, et destinées à atténuer l'impact de l'inflation en Côte d'Ivoire. Parmi ces mesures figurent l'exonération des droits de douane sur le blé et de la subvention pour les producteurs de farine boulangère, ou encore de la régulation des prix de produits essentiels tels que le riz, le sucre ou l'huile de palme. Ces politiques ont été renforcées par des soutiens financiers et matériels aux acteurs du secteur vivrier, ainsi que par la construction de nouvelles infrastructures commerciales, dans le but de garantir un approvisionnement en produits alimentaires à des prix abordables.

Désormais, Alassane Ouattara s'engage à intensifier la modernisation de l'agriculture. À titre d'exemple, alors que la production de riz blanchi en Côte d'Ivoire est attendue à 1,4 million de tonnes en 2023, le ministère de l'Agriculture prévoit d'allouer environ 26 millions de dollars au développement de la riziculture dans son budget de 2024. Cette somme représente 5 % du budget total dédié à ce département, qui s'élève à 511 millions de dollars (311,1 milliards de FCFA). Selon les informations disponibles, ce budget sera utilisé pour améliorer l'accès des agriculteurs à des semences de qualité, pour l'aménagement des périmètres rizicoles, et pour l'amélioration de la transformation du riz paddy. L'objectif de l'exécutif est ambitieux : porter la production à plus de 2,6 millions de tonnes pour atteindre l'autosuffisance fixée pour 2025.

"Nous devons œuvrer à mieux communiquer sur nos résultats et faire en sorte que notre action touche encore plus l'ensemble de nos concitoyens dans leur quotidien" a insisté le Président, ordonnant aux “ministres compétents de mettre en œuvre des mesures de restriction des exportations, jusqu'à nouvel ordre. (...) Une fois que nous serons satisfaits de l'impact de la production nationale sur les prix intérieurs et sur le coût de la vie, nous pourrons envisager les exportations,” a-t-il affirmé.

Appel à l'unité nationale

Évoquant l'événement phare de cette année pour la nation ivoirienne, le Président Ouattara a tenu à mettre en lumière l'importance de la 34ème édition de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) pour le rayonnement international de la Côte d'Ivoire. "Nous devons montrer notre capacité à nous unir, pour faire rayonner notre pays," a-t-il souligné, appelant à l'unité et à l'effort collectif pour garantir le succès de cet événement sportif de premier plan, pour lequel l'Etat ivoirien a investi près d'1,5 milliard de dollars.

Communiqué

Publié le 22/01/24 11:17

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

6Wfh4jBM6Kn3EFUrZujC8iX4loLVJ94-h00LnRwFV14 False