Le Ghana désormais à un cran du défaut de paiement selon Moody’s

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ouvre dans 4h27min

Le Ghana se rapproche un peu plus vers le premier défaut de paiement de son histoire. Étranglé par une dette abyssale, un effondrement spectaculaire du cedi, et un taux d'inflation à 40%, le pays vient à nouveau d'être rétrogradé dans l'échelle de notation de Moody's. L'agence de notation américaine a abaissé, mardi 29 novembre, la note émettrice du pays de deux crans, la faisant passer de "Caa2" à "Ca" avec une perspective stable (Voir tableau). C'est en octobre dernier que l'agence avait rétrogradé la note du pays à Caa2, s'inquiétant déjà de la situation économique du pays.

La dégradation de la note fait suite au plan gouvernemental de restructuration des dettes locales et étrangères prévu dans le budget 2023. Aux prises avec une dette de plus en plus élevée (104% du PIB d'ici la fin de l'année) et coûteuse (les paiements d'intérêts devraient consommer 58% des recettes en 2022), le gouvernement a annoncé qu'il entamerait des négociations avec les détenteurs de ses eurobonds pour qu'ils acceptent une décote allant jusqu'à 30% sur le principal. Il prévoit également suspendre le versement des intérêts aux détenteurs des obligations domestiques.

Voir aussi - Ghana : En 11 mois, le cedi a perdu plus 54% de sa valeur par rapport au dollar

"Compte tenu de la charge élevée de la dette publique du Ghana et de la structure de la dette, il est probable qu'il y aura des pertes substantielles sur les deux catégories de dette afin que le gouvernement améliore de manière significative la viabilité de la dette", indique l'agence américaine dans son communiqué.

Cette restructuration est pourtant une condition sine qua non pour que Accra obtienne un décaissement de 3 milliards de dollars du FMI. Moody's a relevé la perspective du Ghana à stable arguant que la restructuration devrait se faire de manière coordonnée avec les créanciers et dans le cadre du programme en cours avec le FMI. Toutefois, une "restructuration prolongée" de sa dette en raison de "négociations difficiles avec toutes les parties prenantes, ou de chocs externes supplémentaires" pourrait conduire à une baisse de la notation. C'est donc un défi de taille pour le pays car la prochaine note sur l'échelle de notation de Moody's est "C", qui équivaut au défaut de paiement.

En vue de soutenir le cedi qui a plongé de 57% cette année, entraînant avec lui une augmentation du fardeau de la dette, Accra envisage désormais acheter du carburant avec de l'or au détriment des devises. La Banque centrale du pays, elle, a annoncé qu'elle ne fournirait plus de devises étrangères pour les importations de riz, d'eau en bouteille, de volaille, de jus de fruits et d'autres "biens non critiques", appelant à privilégier désormais la production locale.

Fernand Ghokeng

La Rédaction

Publié le 01/12/22 11:55

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

_RJdGRgEjGSht-HAklzwP1YTmifB8XrvzR-1pkuUM9s False