Nialé KABA vante la destination "Côte d’Ivoire" à Washington

BRVMC0000000 - BRVMC
La BRVM Ouvre dans 62h34min

A l'occasion de l'assemblée annuelle de printemps qui rassemble chaque année plusieurs acteurs de l'économie notamment les responsables des banques centrales, les ministres du secteur ainsi que les dirigeants du privé et les universitaires pour débattre de la situation économique mondiale, la ministre de l'Économie et du Plan et du Développement, Nialé KABA a incité les investisseurs américains à investir dans son pays.

Tenue du 15 au 20 Avril à Washington, cette réunion qui est organisée par les institutions de Bretton Woods, à savoir la Banque Mondiale et le Fonds Monétaire International, a permis à la ministre ivoirienne de présenter les potentialités économiques de son pays.

Pour elle, le pays est propice aux investissements étrangers dans le sens où le gouvernement a mis en place un climat des affaires favorable et des politiques industrielles et énergétiques avantageuses. "La barrière de la langue qui nous défavorise énormément ne doit pas exister. Notre pays a du potentiel. Aujourd'hui avec la stabilité sociopolitique, la Côte d'Ivoire est la place où il faut investir", a-t-elle soutenu.

Nialé KABA a ainsi rappelé que l'un des objectifs actuels de la Côte d'Ivoire est de transformer ses matières premières, notamment le cacao et le cajou dont le pays est le premier producteur au monde. "On a l'habitude de dire que la Côte d'Ivoire est un pays agricole mais la majorité de nos productions est exportée avec des taux de transformation faible. Nous produisons 40% du cacao mondial, c'est dire le poids que nous avons, mais nous n'en transformions que 33% soit le tiers. L'objectif c'est de transformer 50% à l'horizon 2030", a poursuivi la ministre.

Enfin, l'émissaire du gouvernement a également fait valoir le mix énergétique du pays dans un contexte où des gisements pétroliers ne cessent d'être découverts, comme les cas des gisements Baleine et Calao.

"Aujourd'hui, notre ambition c'est d'accroître le mix énergétique. Nous avons environ 35% d'énergie renouvelable. Nous avons le solaire, l'éolien et beaucoup de gaz mais aussi du minerai qui n'est pas suffisamment exploité et pour lequel nous pensons que des investissements forts peuvent soutenir la croissance", a plaidé Mme KABA.

Fanuelle YAO

La Rédaction

Publié le 23/04/24 14:02

SOYEZ LE PREMIER A REAGIR A CET ARTICLE

Pour poster un commentaire, merci de vous identifier.

aI44lfSOyNRKnhv9MNZJiKFcrWMjmfTEv-BYo9fY4Ho False